Interpose+ - Indifferent

12/10/2007

Par Aleksandr Lézy

Label: Poseidon

Site:

On connaissait Interpose+ depuis un album éponyme de 2005, et on se demandait bien ce qu’ils allaient pouvoir devenir suite au départ, juste après la sortie du disque, de leur compositeur principal, le claviériste Ryuji Yonekura. Un malheur n’arrivant jamais seul, ce fut ensuite au tour du bassiste Toshiyuki Koike de prendre la poudre d’escampette. Etonnement, donc, de voir le groupe revenir deux ans après avec un nouvel album, Indifferent.

Interpose+ est l’exemple typique du groupe nippon de rock progressif qui incorpore à sa musique une bonne dose de jazz-rock. Ce mélange des genres est de plus en plus fréquent mais reste d’une efficacité à toute épreuve. Avec des lignes vocales très fouillées et volubiles, et des textes écrits par ses soins – en japonais, la chanteuse Sayuri Aruga produit un travail remarquable. Même si son timbre et sa justesse ne correspondent pas aux critères du genre, il faut reconnaître qu’elle parvient à enrichir la musique du groupe, elle qui ne chantait que sur trois titres de l’album précédent.
Les compositions font preuve d’une grande maturité, à l’instar de « Rosetta » qui ouvre l’album ou de « Anonymous » qui le clôture, et le niveau instrumental est élevé, produisant ainsi un ensemble très cohérent. Proches de ELP ou rappelant par moments ceux de leurs compatriotes de Outer Limits ou de Pageant, les claviers de Nobuo Watanabe virevoltent, les guitares de Kenji Tanaka renversent et la basse de Dani (aux programmations sur Interpose+) déboussole. Officiant aussi au sein de KBB, ce dernier participe à la composition et offre sous son nom seul un excellent « Heliopause », au passage jazzy imparable.
Coté production, peu de choses à ajouter : le rendu est précis avec, comme chez tous les Japonais, une accentuation sur les aigus et un équilibre net entre basses et médiums. Un son honorable donc, sans être époustouflant… Classique, en un mot, mais bien réalisé…

Malgré un léger manque d’originalité et sa courte durée (41’), Interpose+ propose un Indifferent pour le moins réjouissant, différent du premier album, mais bourré de talent et de positivité, dont les mélodies en mode majeur donnent le sourire et la pêche. On ne s’attendait pourtant pas à les voir revenir si vite… voire, on ne les attendait plus du tout. Mais ils ont su, grâce à leur expérience, faire face aux aléas des départs de musiciens et prouver ainsi que nul n’est irremplaçable.