Junk Farm - Ugly Little Thing

17/09/2007

Par Dan Tordjman

Label: Unicorn Digital

Site:

Certains s’en souviennent, le nom de Junk Farm a déjà été cité dans ces colonnes, puisque nous en avions parlé dans notre couverture du Headway 2005. Nous avions été surpris par ce trio de doux-dingues aux têtes d’évadés d’asile qui se fait joyeusement appeler le « Fusion-Trio-From-Hell ».
Mené par le guitariste Benjamin Schpritt, le trio teuton – composé aussi de Michael Sticken à la batterie et de Berthold Fehmer – a pour particularité de n’a pas avoir de bassiste dans ses rangs. En lieu et place, on trouve un claviériste bien loin d’être manchot; une formation de ce genre nous rappelle ELP. Mais ici, point d’affiliation musicale avec Keith Emerson et compagnie, le parallèle est à faire avec Freak Kitchen. Dès les premières mesures d’ « An Eye For An Eye », de « Strange Behaviour » on pense à Mattias Eklundh et sa clique. Et si l’influence du Suédois dingue peut paraître flagrante, on découvre avec plaisir une touche « Satrianienne » sur l’instrumental « www.superficial-girl.com ». Mais Junk Farm y ajoute une touche de claviers et d’orgues qui ne sont pas sans rappeler les heures glorieuses de Jon Lord au sein de Deep Purple, ainsi que quelques rythmiques funk sur les géniaux « Partymaniac » et « Ugly Little Thing ».

Une bonne touche d’humour n’est jamais de trop avec Junk Farm avec « Perfect Dream », qui navigue entre double grosse caisse et samba; il y a du Zappa par ici, et ça, ça risque de plaire à certains. Et il n’y a pas que la musique qui soit délirante : les paroles du titre sus-cité sont hilarantes : I don’t want to meet you, I don’t want to touch you, I don’t want you to come true, You’re only perfect in my dreams ça tire à boulets rouges – avec des sourires peints dessus – sur la gente féminine… Mais les mâles ne sont pas pour autant épargnés : « Great Guy », chanson « Mennen », rend hommage à ces messieurs qui pensent plus avec leur caleçon qu’avec leur cerveau…

Certes, Junk Farm ne viendra probablement pas bousculer la hiérarchie de votre top albums 2007 (quoique), mais pour vous payer une bonne tranche de rire sur fond de guitares qui tâchent, qui jouent à la fois simplement et efficacement, c’est à coup sûr le disque qu’il vous faut.