Shinsekai - Shinsekai

15/07/2007

Par Christophe Gigon

Label: Poseidon

Site:

Yu Shimoda est la principale cheville ouvrière de ce projet nommé Shinsekai. Celui-ci prend en charge l’intégralité des parties de mellotron, minimoog, synthétiseurs et pianos sans compter l’harmonica très présent tout au long de cet album très intéressant car fort original. Il est accompagné par le très « frippien » Masaru Teramae à la guitare, flûte et autres instruments traditionnels japonais. Il faut encore citer Tadashi Teramae à la batterie et aux percussions et Akinobu Kajimoto à la basse omniprésente. Le groupe joue fort bien et la musique créée, si elle reste très ancrée dans un registre progressif « seventies », se permet quelques licences de bon aloi : utilisation originale de l’harmonica, passages inspirés par la tradition musicale orientale ou encore un souci constant de privilégier la mélodie plutôt que la technique. Le tout, bien qu’assez frais dans son ensemble, peut naturellement faire penser à King Crimson, Yes ou Anekdoten.

Shinsekai est le second album autoproduit de ce groupe. Pourtant, le tout sonne déjà très professionnel et la maîtrise technique reste de haute volée sans que jamais, comme il l’a déjà été noté, la mélodie ne soit mise de côté au profit de déconstructions techniques tape-à-l’oeil. Certes, on reste dans un rock progressif très « classique », c’est-à-dire qu’il s’agit d’une musique qui ne se digère pas dès la première écoute. Les guitares, stridentes et abrasives à souhait, raviront les admirateurs du grand Robert Fripp et les cassures rythmiques sont légion. La musique proposée par ce quartette nippon, bien qu’exclusivement instrumentale, n’en reste pas moins parfaitement accessible. Pas si éloignée de ce qu’a pu produire Mike Oldfield quand il était encore ambitieux.

Il est bien évident qu’il existe pléthore de formations pratiquant peu ou prou une musique semblable en tous points à celle proposée par Shinsekai. Ce serait mentir que de prétendre que l’on vient de découvrir le futur du rock progressif ! L’album de Shinsekai se contente d’être bon, bien exécuté et correctement produit. Shinsekai n’a pas pour ambition de révolutionner le microcosme progressif « qui connaît son Crimson par coeur » mais de se faire plaisir en enregistrant cette musique agréable et de bonne facture.