Age of Nemesis - Psychogeist

11/06/2007

Par Sébastien Crépy

Label: Magna Carta

Site: www.ageofnemesis.com

Après un long hiatus suivi d’une période quelque peu déconcertante qui a vu un florilège de compilations Prime Cuts ainsi que la prolifération d’enregistrements publics qui n’ont pas suscité grand intérêt, Magna Carta a su revenir surfer avec un certain nombre de surprises et de nouveautés en 2006. 

Il était temps que du sang neuf vienne revigorer cette maison de disques appréciée mais qui a vu certains de ses artistes quitter le navire pour trouver des pâturages plus verdoyants. Nous voici donc fixés : alors que les artistes majeurs et représentatifs de cette maison de disques observent un mutisme persistant depuis quelques années pour certains, la respectable entreprise, que l’on aurait pu croire moribonde, affiche un dynamisme rassurant ! 

Ce regain d’activité se traduit par une diversification des productions et des styles: jazz ethnique, hardcore touche-à-tout, country, remix techno et rock celtique sont désormais représentés et Magna Carta s’offre une seconde jeunesse en partant à la conquête de publics nouveaux et variés. Ces quelques précisions contextuelles apportées, il convient désormais de situer ce groupe accueilli récemment au sein du label: Age of Nemesis. Avec eux, point de fioritures, Magna Carta revient à ses premiers amours et prend dans son giron un groupe expérimenté qui nous gratifie d’un album de métal progressif pur et dur, très orienté années 1990 et articulé autour d’une sombre histoire d’expérimentations scientifiques paranormales. 

La première écoute fait naître un sentiment de familiarité : on ressent l’influence de groupe tels que Altura ou Ice Age, avec les mêmes qualités que ces derniers, à savoir un bagage technique relevé ainsi que des compositions plutôt bien ficelées. Malheureusement, on retrouve aussi les mêmes défauts, notamment un chant qui sonne parfois un peu trop théâtral et dont le timbre pourra énerver certains, ce qui est dommage car l’univers musical évoqué par Psychogeist est tout à fait cohérent et entraînant. Les rythmiques sont variées et les soli éruptifs rappelleront à certains Dave Mustaine et son groupe. Enfin, l’album ne serait pas digne de figurer dans la rubrique metal progressif de Magna Carta s’il n’offrait pas de belles plages de synthétiseur qui puisent leurs fondements avec efficacité (mais sans risques) auprès de groupes comme Magellan ou Shadow Gallery. 

En définitive, les Hongrois de Age of Nemesis excellent dans un progressif classique et bien exécuté. L’apparition de Nemesis sur la piste 7 constitue l’un des points d’orgue de cet album : la créature malfaisante se manifeste sous la forme de rythmes syncopés orientalisants et saura assurément s’attirer la ferveur de quelques adorateurs à la recherche d’un compact disque pas foncièrement original mais plutôt efficace… pour peu que l’on accroche au registre particulier du chanteur !