Retroheads - Introspective

05/01/2007

Par Jean-Philippe Haas

Label: Unicorn Digital

Site:

En 2004, Retroheads avait enchanté les amateurs de rock progressif à la Genesis, Camel et autres Flower Kings avec Retrospective, un disque pour les nostalgiques un peu frileux n’ayant pas (encore) osé passer le cap psychologique du prog des années 1970 et 1980. Le titre et la pochette de ce second album – qui fait clairement écho à celle de son prédécesseur – ne laissent aucune ambiguïté sur son contenu: Introspective est parti pour toucher très exactement le même public.

Et ce n’est pas un conséquent changement de personnel qui aura affecté la ligne musicale du groupe. Les références sont immuables : Introspective donne dans la photocopie couleur des grands classiques du progressif symphonique : Genesis en offensive par ci, Yes en renfort par là, avec Pink Floyd en embuscade soutenu par l’infanterie néo-progressive. Retroheads pousse même parfois très loin le vice, jusqu’aux clins d’œil réservés à l’initié : le thème de « Dance On A Volcano » de Genesis repris en plein milieu du bien nommé « Living In A Bubble » ou le final de «Be Aware » qui mélange des thèmes qu’on jurerait avoir entendu sur Stardust We Are des Flower Kings. Une absence affichée d’évolution qui ne fait d’ailleurs que maintenir l’acquéreur de ce disque dans l’idée qu’il écoute la seule forme possible de rock progressif.

Les rares changements sont à chercher du côté de la forme. Le chant s’est considérablement amélioré en la personne Mike Mann, qui remplace avantageusement le cerveau du groupe, Tore Bø Bendixen qui a bien assez à faire à la basse et aux claviers. Quelques autres renforts féminins non négligeables (flûte, chœurs, Hammond B3) et un nouveau batteur achèvent d’enrichir ce travail d’orfèvre, clinquant et pompeux à souhait, aux arrangements travaillés et à l’instrumentation délicieusement vintage.

Retroheads est une sorte de The Watch à la différence près qu’il ne plagie pas un seul et unique artiste. Introspective plonge l’auditeur dans une douce torpeur, un environnement sécurisant duquel seul un effort violent et contre-nature, une aspiration à la nouveauté pourrait le tirer. Bien qu’en tout point supérieur à son prédécesseur, il mérite moins qu’on s’y attarde, du fait de l’absence quasi-totale d’évolution musicale. Nostalgiques de tous poils, précipitez-vous. Amateurs de rock PROGRESSIF fuyez à toutes jambes.