Before Silence - The Ultimate Nothing

27/10/2006

Par Dan Tordjman

Label: Autoproduction

Site:

Before Silence est une jeune formation originaire de Belgique, qui propose ce Rien Ultime, dans lequel on est a priori loin de trouver du vide.

Dès les premières secondes de « Salvation », on est pris a la gorge tant la guitare et la batterie règnent en maître sur le titre. On pense alors à un Symphony X période Odyssey au top de sa forme ou à Pantera, tant les fûts collent aux cordes. De la panthère à la symphonie, l’on passe à un théâtre onirique sur « The Screaming Wolf ». Mais le marchand de sable est visiblement déjà passé car on s’endort à la moitié du morceau, avant de rencontrer un (bien trop court) passage intéressant. De plus, le chant anglais souffre d’une prononciation relativement francophone – un peu comme si l’on parlait anglais avec un paquet de Malabar dans la bouche – et lassante.

Il faut attendre « Akinesia » pour voir le niveau remonter, tant au plan technique que compositionnel. Les sons de claviers sont judicieusement choisis et donnent une touche plus… mystique. De même, ce morceau permet de montrer que les autres musiciens sont capables d’arranger leurs parties de manière tout à fait convenable. Sentiment confirmé sur « Bless » et son magnifique break de piano, suivi d’une furia de guitare que n’aurait pas certainement pas reniée Yngwie Malmsteen.

C’est à croire que le Bibendum de la guitare a eu une forte influence, tant sur les textes que sur le guitariste. Sortir aujourd’hui des textes intitulés « Destroying Enemies » ou « Salvation », et faire du copier-coller des plans du Suédois aux doigts boudinnés, Before Silence sait le faire. Notons toutefois le coté thrash des guitares, qui ravira les plus endurcis d’entre vous. Mais qu’attendre de ce groupe ? Un peu plus de folie ? Moins de restrictions dans le champ musical ? C’est peut-être là la clé pour ne pas être aussi plat que le pays dont il est originaire.