Side Steps - Verge of Reality

17/08/2006

Par Djul

Label: Musea

Site:

Jubilatoire, voici le terme qui revient souvent en tête à l’écoute de ce onzième (!!!) album de Side Steps. Jubilatoire à écouter, tant les moments d’anthologie s’enchaînent sans temps mort. Jubilatoire à composer aussi, tant la joie de jouer transpire sur ce disque rieur.

Dans la veine de Spyro Gyra, Side Steps joue un jazz rock instrumental très bavard mais toujours très mélodique qui, à défaut de réinventer les standards de l’âge d’or du genre, lui rend hommage de la plus belle manière. Dans la lignée des excellents Six North, eux aussi signés sur Muséa, ou Machine and the Synergetic Nuts chez Cuneiform Records (en moins barré), Side Steps perpétue un mouvement musical parmi les plus importants du pays du Soleil Levant, peut-être tout simplement le seul à franchir ses propres frontières et à avoir gagné une reconnaissance internationale.

Le festival s’ouvre sur « Rappongi Night » et chaque instrumentiste y met du sien sans attendre son tour: A. Tamura enfile les solos de guitare dans un genre rappelant (beaucoup) Allan Holdsworth et (un peu) Al Di Meola, les claviers (un peu datés) de H. Itoh font échos à ceux de Jan Hammer, et K. Iawai à la basse et I. Fukawa à la batterie forme une paire rythmique sans faille. Le ton se durcit cependant par moment, comme avec « Edge Trigger », où claviers et guitares n’hésitent pas à sauter le pas de la saturation, avant de rentrer dans le rang jusqu’au final qui ne dépareillerait pas sur un Liquid Tension Experiment, pour employer des références moins datées que les précédentes. « Parallel Reality » plaira aussi aux amateurs de rock fusion technique, malgré, lui aussi, des relents un peu frelatés de claviers analogiques. Et quel bonheur que ce « Because of Silence », lente ballade pleine de classe et de retenue soudain prise d’une crise de Santana, et qui délivre alors une musique énergique et chaude comme un volcan d’Amérique du Sud.
On ne s’ennuie pas une seconde à l’écoute de ce disque (sauf peut-être au cours du long exercice semi-acoustique « Evergreen »), et les instrumentistes semblent avoir eu pour obsession principale de créer une musique absolument fluide et sans artifice inutile: Mission accomplie ; ce Verge of Reality est si mélodique qu’il pourrait même passer dans votre salon auprès de novices, tout en retenant l’oreille des amateurs avertis: Un excellent CD pour tester en sous-main la culture musicale et le « bon goût » de vos invités!

Certes, on rétorquera que tout ceci est éventé, et que si le canevas de cette musique instrumentale est imprévisible de par le niveau technique ahurissant des musiciens, il repose néanmoins à des canons de plus de vingt d’âge! On répondra que la note d’originalité de Progressia est là pour ça, et on retournera sans mauvaise conscience à sa platine pour une nouvelle tournée de Side Steps !