Immune - 1/f

02/05/2006

Par Djul

Label: Gizeh Records

Site:

La sortie du nouvel album de Tool semble inspirer bon nombre de jeunes formations ces derniers temps ! Après les nordiques de Lingua, voici donc les anglais de Immune. Affirmant haut et fort leur parenté avec l’immense auteur de Aenima et de Lateralus, ce quatuor n’hésite cependant pas à ajouter des artistes aussi divers que Massive Attack, Squarepusher ou… Marvin Gaye. Même si on peine à trouver un lien avec ce dernier, les parallèles entre certains morceaux de 1/f et le monde de la musique électronique sont bien présents. Une originalité dans le monde balisé du rock sombre et sophistiqué.

Il est d’entrée frappant de constater que sur ce qui constitue son premier album, Immune fait prendre d’une grande variété dans les genres abordés, voire dans les instruments employés. Ainsi, on passe d’introductions métalliques criardes (« Ask ») à des titres de rock sombre mais très mélodiques (« Human »), en passant par des moments d’abstraction électro (« Flux ») et des solos de trompette (« Sum »), le tout sur les cinq premiers titres ! Sans compter les instruments à cordes (« ***  »), ou le piano jazzy et intimiste (« Monatomy »). L’ensemble est cependant lié par une approche qui rappelle celle d’un Radiohead époque Kid A, à savoir un énorme travail sur le(s) son(s) et un goût prononcé pour les silences et les chutes de tension subites. Une cohérence également assurée par la voix claire, tantôt aiguë tantôt grave, de Paul Tinsley, qui fait merveille sur les passages surpuissants de « Monkey » comme sur la ballade intimiste « Forever », ainsi que par un son de basse clinquant qui rappelle le Korn des débuts. Le résultat est impressionnant de maîtrise et de maturité ! 1/f est donc un disque assez hors normes, à l’image du titre le plus réussi, « Selling Screen », qui prend aux tripes dès la première écoute, à la manière d’un Time of Orchids apaisé. Et si les premières écoutes sont fort trompeuses, et laissent penser à des influences mal digérées, la persévérance est ici récompensée au-delà des espérances, avec des morceaux simples au premier abord, mais dont les arrangements multiples enrichissent chaque écoute nouvelle.

Aidé par l’un des coups de cœur de la rédaction, Oceansize, dont il assure certaines premières parties, Immune pourrait se tailler un certain succès dès son premier disque. On ajoutera également un vrai sens de la communication et une image très forte, bien servie par un site internet et des visuels réussis, à la manière de… Tool, encore eux ! Oui, ce 1/f porte bien des promesses !