Rhapsody - Live In Canada 2005 – The Dark Secret

22/02/2006

Par Jean-Philippe Haas

Label: 10 Worlds

Site:

Enregistré pendant les premières parties de la tournée Demons, Dragons and Warriors World Tour (sic) de leurs grands frères d’armes Manowar, Live In Canada 2005 – The Dark Secret est le premier témoignage officiel des prestations scéniques de Rhapsody. Les épéistes italiens ont, à l’évidence, voulu attendu le bon moment, pour ne pas avoir à proposer à leurs fans un concert moyen, sorti à la va-vite histoire de se plier à la règle quasi-obligatoire de l’album « en concert » : il s’agit au contraire d’un produit au son très (trop ?) soigné, accompagné dans l’édition limitée par un DVD présentant les coulisses de la tournée ainsi qu’une version 5.1 de l’album.

A quoi peut-on s’attendre de la part d’un groupe qui qualifie lui-même sa musique de Hollywood Metal ? L’ouverture du concert est glorieusement symphonique, la voix sépulcrale de Christopher Lee s’élève et vient déchaîner les « Rhapsody ! Rhapsody ! » d’une foule raisonnablement en délire. « Unholy Warcry » et sa grandiloquente démesure donnent le ton d’entrée de jeu. Fabio Lione, en grande forme, glisse une inhabituelle agressivité dans ses gémissements où le trémolo est king, pardon… roi. Le frontman à la toujours impeccable permanente – comme en témoignent les images du DVD – se donne beaucoup de mal pour communiquer en français avec un public de Québécois ravis. Sa prestation constitue d’ailleurs la seule différence véritablement flagrante entre les versions studio et celles présentées ici, preuve que le groupe parvient à reproduire en concert les diverses nuances de sa musique… ou que les overdubs sont légion sur cet album tant le son est lisse et sans imperfection notoire. Cette dernière hypothèse est évidemment la plus probable.

Premier constat dans le choix des titres : Legendary Tales est le grand absent, alors qu’il contient certains des hymnes incontournables du groupe comme « Land Of Immortals ». Cet oubli impardonnable mis à part, l’ensemble est plutôt représentatif du style développé par Rhapsody, et l’ordre des morceaux est savamment choisi. Ainsi, par exemple, on passe d’un « classique » comme « Wisdom Of The Kings » au folk-metal de « The Village Of Dwarves », histoire de respirer un peu avant l’épique « Erian’s Mystical Rhymes », véritable petit film sonore à lui tout seul. La suite est du même tonneau et le concert s’achève comme il a commencé, sur des chœurs grandiloquents qui laisseront rassasié, voire barbouillé, l’auditeur ayant eu le courage d’écouter l’album d’une seule traite.

A défaut de refléter objectivement la performance du groupe, ce Live In Canada 2005 – The Dark Secret a l’immense mérite de constituer une excellente entrée en matière dans l’univers de Rhapsody peuplé de licornes, de dragons, de gentils très mighty et de vilains très evil. Ce disque ravira vraisemblablement les fans qui attendaient beaucoup du premier album live de leurs champions, et en poussera peut-être quelques autres à s’intéresser au groupe le plus vivace du heavy-metal chevaleresque.