Elegant Simplicity - Studies In Heartbreak

24/01/2006

Par Jean-Philippe Haas

Label: Proximity records

Site:

Le volume de la discographie d’Elegant Simplicity force le respect : dix-sept albums depuis sa formation en 1992 ! Aussi prolifique que quasi-inconnu, le groupe du multi-instrumentiste anglais Steve McCabe axe ses mélodies sur des guitares aussi bien électriques qu’acoustiques, souvent généreusement arrosées de mellotron, pour un rock progressif mélancolique et atmosphérique qui peut tour à tour évoquer Genesis, Camel, Mike Oldfield, David Gilmour et Pink Floyd, aussi bien que les ténors du néo-progressif anglais.

Si Elegant Simplicity a parfois eu recours à des chanteurs sur ses albums précédents, Studies In Heartbreak est à nouveau purement instrumental. Épaulé, aux percussions uniquement, par Christopher Knight, Steven McCabe a considérablement enrichi sa palette sonore et louche plus volontiers vers d’autres styles. Des pièces plutôt « courtes » et très dépouillées (l’introductif « From Hello To Goodbye », « Still Waiting, Still Wanting », « The End Of A Life » ) alternent avec les compositions plus ambitieuses, dans lesquelles se croisent des éléments jazzy, space-rock ou classiques et de fréquents changements de rythme. Les morceaux de choix que sont « Studies In Heartbreak » ou « Failures Of The Soul » en sont les meilleures illustrations. Très mesurée la plupart du temps, la musique d’Elegant Simplicity ne se refuse pas pour autant quelques parties plus endiablées, notamment sur « Studies In Heartbreak ».

S’il faut reprocher quelque chose à cet album, c’est par moments l’utilisation de sons vieillots ou très midi qui gâchent un peu l’élégance symphonique de certains passages (la partie centrale de « Failures Of The Soul » en témoigne), mais l’éventail des sonorités utilisées est assez vaste pour ne pas induire un sentiment de « déjà-entendu » trop fréquent. Par ailleurs, il faut vérifier la liste des musiciens pour s’assurer de la présence d’un vrai batteur, tant l’utilisation des percussions électroniques rend la performance froide comme une boîte à rythme.

.Studies In Heartbreak est, avec Architect Of Light, l’un des albums les plus aboutis d’Elegant Simplicity. Pour franchir un nouveau palier et accéder ainsi à une reconnaissance sûrement plus large, il reste à Steven McCabe à s’entourer davantage de musiciens extérieurs : faire de la musique quasiment en vase clos n’est pas la meilleure des façons de progresser.