Ayreon - Come Back to Me

29/08/2005

Par Justin Poolers

Label: InsideOut Music

Site:

Ce CD single met en valeur le titre “Come Back To Me”, tiré du dernier album en date d’Ayreon : The Human Equation. Sans aucun doute édité pour promouvoir le groupe auprès du commun des mortels, le choix de ce titre peut sembler judicieux, car il est sobre et surtout d’une durée aisément digérable par le non initié. L’amateur de progressif, lui, l’entendra-t-il de la même oreille ?

Le fan d’Arjen Lucassen, qui souhaitera probablement posséder ce disque, y trouvera somme toute un peu de nouveau : un inédit chanté par la belle Heather Finlay (Mostly Autumn), et une reprise du « When I’m Sixty Four » des Beatles . Que dire ? La première piste reprend le titre de l’album sans rien y apporter de neuf, l’inédit est une gentille chanson folk sans prétention, la reprise tient plus de la plaisanterie et, pour finir, un remix dance ridicule dans la plus pure tradition nightclub à Ibiza : pas de quoi donner faim à tous les amoureux de musique élaborée gavés des multiples sorties de disques intéressants de cette année. La production est bien sûr digne des réalisations du Hollandais – on connaît sa propension à lécher et re-lécher ses enregistrements -, et l’objet contenant deux vidéos, on ne peut sans doute pas encore crier au vol.

En effet, une fois le disque inséré dans l’ordinateur, on pourra admirer le clip de la chanson phare susnommée, ainsi que son making of. L’histoire de la chanson, ainsi que de l’album complet s’en trouvent alors bien plus explicites. Le court film est agréable à regarder, et même s’il n’a pas bénéficié d’un budget mirobolant ; le script est sympathique et on sent qu’ils se sont amusés à tourner.

Bref, ce mini album n’est en fait qu’un objet promotionnel, qui ne reflète que très peu la musique du groupe, montrant et remontrant une chansonnette d’un genre assez peu entendu sur ses albums. Une sorte de cadeau bonux pas gratuit, et l’on peut douter que les hordes de metalleux progressifs se ruent dans les officines pour s’en saisir.