Paul Dunmall & Paul Rogers - Awareness Response

29/06/2005

Par Aleksandr Lézy

Label: Emanem / Orkhestra

Site:

Paul Dunmall et Paul Rogers sont plus connus pour leurs récentes expérimentations au sein de la formation free Mujician avec Tony Levin et Keith Tippett. Ils sortent aussi en 2004 cet Awareness Response, enregistré en 2003, sur lequel ils partagent trois de leurs improvisations, basées sur la complémentarité des timbres et l’illusion de créer une sonorité différente de celle qui est sensée être produite. Attention : expérimental pur.

Paul Dunmall, qui a longtemps fait partie du London Jazz Composers Orchestra, se démarque par le nombre d’instruments qu’il utilise : saxophone, clarinette, cornemuse et divers autres instruments à vents. Paul Rogers quant à lui, est aux différentes basses ou contrebasses auxquelles il rajoute des cordes sympathiques, épaississant la matière sonore à la manière d’une orchestration.
Les trois longues improvisations développent des climats, des ambiances liées aux timbres exploités. L’effet provoqué dépend de l’état de celui qui l’écoute, allant de « stressant » à « entêtant ». Le but escompté n’est pas d’aboutir à la création d’une forme musicale audible et fredonnable mais plutôt d’arriver à trouver l’alchimie qui conciliera deux sonorités éloignées.

La forme « duo » dans la musique improvisée est un exercice complexe qui demande d’aller à l’essentiel au lieu de tourner longuement autour de la recherche de timbres. L’expérience des timbres est une recherche qu’il faut garder en éprouvette, comme dans un laboratoire, pour ne la sortir et l’exposer à l’air libre que lorsque le mélange semble avoir fonctionné. Ainsi, son utilisation n’en demeure que plus satisfaisante à sa dernière phase de test. Cet Awareness Response possède les bons et les mauvais côtés de cette recherche sonore : les exécutants maîtrisent leurs instruments mais ne sortent pas de la phase de tâtonnements, excepté peut-être sur « Priceless Response » où tout s’enchaine presque sans faille.

Dans la musique improvisée coexistent toujours deux options : la jouer et se faire extrêment plaisir à créer une dynamique et une texture sonore nouvelle avec ses partenaires, ou l’écouter. Et là, se repose à nouveau le souci de plaire ou pas. Et que signifie plaire dans ce genre si particulier ? Il faut assurément faire preuve de beaucoup d’ouverture d’esprit pour ainsi comprendre la démarche des protagonistes, pour pouvoir la considérer à sa, disons… juste valeur !