Steve Thorne - Emotional Creatures : Part One

09/05/2005

Par Jean-Philippe Haas

Label: Giant Electric Pea

Site:

Mais d’où sort-il, ce monsieur Thorne ? A la lecture de son curriculum vitae, on ne relève rien de notable : en solo ou au sein de diverses formations, il aurait écumé l’Angleterre pendant de nombreuses années avant de rejoindre récemment Jadis sur leur tournée européenne comme première partie.
Ce multi-instrumentiste doit pourtant jouir d’une solide réputation pour qu’une telle flopée de pointures du rock progressif vienne lui prêter main forte sur son premier album : Tony Levin (King Crimson, Peter Gabriel, Liquid Tension Experiment), Nick D’Virgilio (Spock’s Beard, Genesis, Tears for Fears), Geoff Downes (Asia, Yes), Martin Orford (IQ, Jadis), John Jowitt (IQ, Jadis, Arena) et quelques autres sont ainsi de la partie ! Le résultat est-il à la hauteur de cette impressionnante équipe ?

Musicalement, on pense immanquablement à Pink Floyd et, peut-être grâce aux invités, à Jadis ou aux passages planants d’IQ. Les amateurs de révolution musicale peuvent donc disposer, à moins que… La finesse et la sensibilité de cet album qui mêle folk, rock et les aspects les plus accessibles du progressif ne peuvent laisser totalement indifférent : l’évidence mélodique de certaines chansons («God Bless America», « Therapy »), d’impeccables arrangements et une production moderne et limpide procurent un réel plaisir d’écoute rarement ennuyeux. L’album n’est évidemment pas exempt de faiblesses – ici un instrumental quelconque (« Every Second Counts »), là un « Goodbye » qui n’en finit pas – mais il s’écoute de bout en bout sans le moindre effet de somnolence !

La voix de Steve Thorne évoque elle aussi quelques grands noms rock du progressif, comme Fish ou Peter Nicholls : c’est particulièrement frappant sur l’emphatique « Ten years In The Past ». Et de paroles consensuelles ou abstraites, voire imperméables, Steve Thorne n’a que faire. Il raconte de façon très juste les histoires de ces « Emotional Creatures » que nous sommes à travers des thèmes sociaux qui furent notamment chers à Fish : le chômage, le drogue, la solitude – il érafle au passage sa mère patrie et son côté chien docile des Etats-Unis (« God Bless America »).

A défaut de maltraiter les canons du rock progressif mélodique, l’album de Steve Thorne reste tout de même une agréable surprise. Et si elle est du même acabit, la seconde partie implicitement supposée par cet Emotional Creatures part I promet d’offrir à des oreilles sensibles aux belles mélodies, quelques beaux moments de raffinement.