Rain - Cerulean Blue

22/04/2005

Par Aleksandr Lézy

Label: TelosMusic

Site:

Rain signifie « pluie » en anglais. C’est aussi le pseudonyme adopté par un jeune artiste britannique, discret : peu d’informations circulent à son sujet. On lui connaît des talents littéraires en plus de musicaux. On sait qu’il a créé son propre label pour ses propres œuvres. Pourtant, Rain va faire parler de lui sous peu. En effet, des artistes tels que Phil Collins ou Tony Banks ne tarissent pas d’éloges à son propos. Steve Hackett passe même son album, Cerulean Blue, avant chacun de ses concerts,

Rain est en quelque sorte l’homme à tout faire de la maison, à l’origine tant des paroles que de la musique. Guitares, basse, synthés, batterie et voix prennent vie à travers son être et c’est de manière judicieuse qu’il a su s’entourer d’un narrateur, d’un petit chœur et d’un quatuor composé d’un saxophone, d’un violon, d’un alto et d’un violoncelle, pour l’accompagner dans son aventure.

Composé de sept morceaux tels sept cartes postales, Cerulean Blue redessine les contours d’un rock progressif en perte de vitesse, en apportant une couleur pop aux ambiances envoûtantes d’un concept original sur fond de voyage initiatique, expliqué sur le site de l’artiste. Chaque plage est introduite par une narration soutenue par l’orchestre. Les morceaux sont écrits dans une veine purement progressive, parsemés de montées atmosphériques.

Beaucoup d’émotions se dégagent de la musique, belle et raffinée, mais aussi de la somptueuse voix de Rain qui s’inscrit dans la plus pure tradition des grands chanteurs britanniques (Peter Gabriel, Phil Collins, Roger Waters). Une autre voix soignée se retrouve aussi chez le narrateur : Rob Brown, qui officie pour la BBC, montrant le sens du détail de l’artiste. Musicalement, Rain opère un mélange, probablement inconscient, entre le coté pop symphonique de The Verve et d’un « Ripples » de Genesis sur Trick of the Tail (1976) par exemple.

Outre tout ce qui fait de ce disque un bon disque, le personnage de Rain se révèle un homme ambitieux et généreux : dans une démarche originale, il propose sa musique gratuitement sur son site internet à ceux qui voudront la découvrir, accompagnée d’un clip vidéo mettant Brown en scène. Pour ceux qui voudront obtenir l’objet physique, cela peut se faire pour un petit prix sans commune mesure avec le somptueux du packaging : un disque et un très bel étui, certes, mais aussi la vidéo et son storyboard, les textes, et un dialogue avec Rain sur le concept de l’album. Coup marketing ou intention de partager son œuvre sans profit ? La qualité du produit enlève tout questionnement inutile.

Le point fort de ce disque réside dans la beauté de la voix de l’interprète, des arrangements et des émotions que sa musique procure à l’auditeur. Nul doute que Rain va vite récolter le fruit de son travail et de sa volonté.