Umphrey’s Mc Gee - Anchor Drops

03/04/2005

Par Jean-Daniel Kleisl

Label: InsideOut Music

Site:

Formé en 1997 à Chicago, Umphrey’s Mc Gee (UMG) est totalement inconnu de ce côté-ci de l’Atlantique. Les musiciens ont pourtant acquis une réputation de groupe de scène certaine aux Etats-Unis, poursuivant en cela le travail de feu Phish. Avec plus de cent cinquante concerts joués annuellement, ils ont multiplié les publications d’albums live plus ou moins officiels. Ces six Américains arrivent pour la première fois aux oreilles des Européens avec leur album Anchor Drops, publié par Inside Out. Le label allemand a voulu encore élargir la palette de son écurie, trop marquée par un rock prog et un heavy metal un rien surannés. Ils avaient déjà eu la très bonne idée l’année passée de prendre sous leur aile Paatos, des Suédois baignant dans un trip-hop-prog très sombre : voyons ce qu’il en est avec UMG.

En fait, cette musique est assez indescriptible. Toutes sortes d’influences se trouvent mélangées, allant de Zappa à Pearl Jam en passant par Dixie Dregs, Mahavishnu Orchestra et matinées d’une petite couche de Steely Dan et de Red Hot Chili Peppers, le tout enrobé par du Spin Doctors. Cela commence très fort avec « Plunger », le meilleur morceau de l’album, et ses riffs de guitare finement ciselés (la marque de fabrique du groupe pour autant que l’on puisse en juger sur ce seul album). Les morceaux suivants restent de haut vol mais n’arrivent pas à atteindre la qualité de ce « Plunger » d’anthologie.

Par contre, l’album s’essouffle dans sa seconde partie. Ce n’est pas que les Américains ne maîtrisent pas leur sujet, au contraire ! Mais on a fortement l’impression que cela traîne en longueur. Encore un groupe victime de l’illusion de devoir remplir ses productions jusqu’à plus soif ! Certains morceaux auraient dû être purement et simplement supprimés comme l’inutile « Bullhead City », une rengaine country bien affligeante. Un autre problème est dû au fait que certains morceaux sont trop axés pour l’écoute en public plutôt que chez soi sur CD.

UMG donne envie d’aller voir la formation en concert – ce qui doit être la folie ! – mais peine à convaincre totalement sur cet album studio. Pour autant, Anchor Drops présente moult facettes pleines de promesses pour l’avenir, dès lors que le groupe cadrera mieux son propos.