Retrovertigo - Idejala ! ...Esta Triste

21/03/2005

Par Djul

Label: Musea

Site:

Encore une petite surprise, à la limite du progressif, mais de plain-pied dans le contemporain, proposée par Muséa, après Nnecra Packê en 2002. S’ouvrant doucement mais sûrement aux musiques indépendantes, le label français a repéré et signé Retrovertigo, jeune groupe vénézuélien. Evoluant dans les sphères mélancoliques d’un Radiohead et surtout d’un Mogwai, ce quatuor au look de « djeunz » apporte une illustration supplémentaire du renouveau des musiques progressives par le biais de la musique dite « indépendante ».

Pourtant, Idejala ! …Esta Triste ne commençait pas sous les meilleurs auspices : le premier titre est simpliste, voire patraque, et ne consiste qu’en un arpège de guitare développé à l’infini sur sept minutes. Si cette méthode est (plus ou moins) poursuivie par la suite, les arrangements supplémentaires, les mélodies agréables et une atmosphère mi-paisible mi-tourmentée font monter le niveau de plusieurs crans. Quasi-instrumentale, à l’exception de « Intermitente » (pour un résultat mitigé), la musique du groupe paraîtra simpliste à bien des égards, au profit d’une certaine émotion. Les titres assez longs développent lentement des thèmes tristes, comme si Godspeed You! Black Emperor devenait accessible. Les amateurs de musique complexe et/ou puissante risquent de ne pas adhérer à ces atmosphères emphatiques, il est vrai contrebalancées par deux titres. Sur « Mi Dulce Y Enferma Vivana Vivana », Retrovertigo prend des airs de Joy Division avec la basse fantomatique de David Fotaina, ou d’Oceansize sur le final « La Violenta ». De même, quelques interludes viennent heureusement aérer une trame musicale un peu trop monocorde : « Siete Meses » et « Nueve Meses » font penser à Pink Floyd ou Chroma Key.

Que manque-t-il à Retrovertigo sur ce premier album ? Un peu plus de talent dans les mélodies, un peu plus de variété dans les climats et une production plus aventureuse. C’est à la fois peu et beaucoup, puisque tout cela se résume en un mot : maturité. S’il n’est pas possible de présumer de ce que l’avenir leur réserve, ne boudons néanmoins pas notre plaisir à l’écoute de ce Idejala ! …Esta Triste plein de promesses !