John Zorn & Fred Frith - 50n°5

07/10/2004

Par Aleksandr Lézy

Label: Tzadik / Orkhestra

Site:

Pour ses cinquante ans, le célèbre saxophoniste new yorkais John Zorn s’est payé le luxe de réunir tous ses amis afin de donner, plusieurs soirs d’affilés, quelques répresentations de sa musique dans sa propre salle de concert, le Tonic. John Zorn est une figure importante de la scène alternative new yorkaise et c’est avec une frénésie toute particulière, un rythme soutenu que l’artiste sort de nouvelles créations. Il s’agit ici du cinquième volet d’une série de rencontres et ce soir-là, Fred Frith était confronté à son ami de toujours.

Quelle alchimie peut bien se produire lorsque deux des plus grandes têtes pensantes de la scène expérimentale décident d’improviser ? La réponse est contenue dans la question : quelques « morceaux » improvisés. L’atmosphère exacerbe les tensions provoquées par les manipulations quelques peu abusives des instruments : souffles convulsifs dans le sax donnant vie aux fameux « cris du canard » ou bidouillages ne rappelant aucune des différentes manières de jouer de la guitare sont autant de visions de jeu et de sons créés. Au détour de certains passages, les intensités, les hauteurs et les textures – même si le duo laisse au vide une place importante – forment des cellules rythmiques convaincantes, fruits d’un esprit de création et d’une habitude certaine de l’improvisation. Nul doute que le but de cette recherche n’inclut pas l’idée d’obtenir une mélodie ou une quelconque saveur tonale à avaler comme un sucre d’orge devant son poste de radio. L’accès à une progression sonore génératrice d’une forme non immédiate émulsionne la combinaison des matières.

De cet ensemble restreint résulte une connivence habile, subtile par instants limités… Notons par ailleurs la surprenante production de l’ensemble. L’intérêt de ce disque réside au final dans l’intéraction entre Zorn et Frith, et si le côté expérimental de la chose a un fort goût de rebutant pour les uns, d’excitant pour les autres, on conviendra aisément que pour fêter son anniversaire, tout est permis !