Univers Zero - Hérésie

25/09/2004

Par Djul

Label: Cuneiform Records / Orkhestra

Site:

Qu’il est difficile de chroniquer un tel groupe ! Sa réputation le précède et l’abord d’un album d’Univers Zero génère toujours un peu d’appréhension. En effet, ce groupe s’est placé comme référence en matière de musique progressive, de musique contemporaine également, mais aussi de classique et enfin de gothique. Bref, un « univers » qui déborde des cadres habituellement admis et suscite l’attention d’un public varié mais toujours ouvert.

Dans la série des réputations, celle d’Hérésie, sorti en 1979, est assez définitive : le disque le plus sombre jamais enregistré, point ! Il faut constater qu’elle n’est pas usurpée : mêlant tous les ingrédients musicaux évoquant la noirceur, le collectif belge accouche d’un monstre rare, tant industriel – rythmique concassée, tendance bruitiste – que classique – référence à la musique de chambre, à Béla Bartok – ou gothique bien sûr, avec un goût certain pour les thèmes macabres et la mise en scène. Le tout se trouve structuré par une démarche progressive : morceaux longs, ambition instrumentale démesurée, mais à la hauteur du talent du groupe.
Le premier titre, « La Faulx » risque d’affoler, avec son introduction de cinq minutes toute en atmosphères, basée presque intégralement sur une seule note tenue, sur fond de hurlements lointains. Mais les vingt minutes suivantes rassurent (façon de parler !) en proposant un vrai dédale musical d’une passionante richesse. « Jack the Ripper » pousse plus loin la construction, travaillant plus encore la mélodie et la « théâtralisation » de la musique. Quant à « Vous le Saurez en Temps Voulu », il se présente sous une forme baroque avec des accès de folie tzigane mais reste toujours dans ce style oppressant.

Certes la réputation de l’œuvre est méritée, mais ce disque n’est pas sombre pour être sombre. Il représente l’aboutissement de musiciens qui ont su traduire leurs émotions en notes avec une justesse et une humanité qui expliquent le trouble de l’auditeur.