Trio96 - Duo’03

18/09/2004

Par Aleksandr Lézy

Label: Musea

Site:

Ces Japonais ont véritablement la dent dure pour se risquer à tant de difficultés. Ce deuxième album est une boule de furie expérimentale. Ishikawa Kenji (guitare, V-guitare) et Tanaka Yasuhiro (batterie et V-batterie), réduits à un duo, proposent un jazz-rock progressif à la croisée de Ruins, King Crimson et d’un soupçon d’Allan Holdsworth. Ce disque enregistré en concert sans aucun overdub à Tokyo en 2002 et 2003 laisse apparaître des morceaux entre structures préétablies et quasi improvisations. La richesse musicale proposée est à la fois troublante et fascinante pour un simple duo, même si les niveaux instrumentaux sont assurément élevés. Contrôlant à distance au moyen de leur V-instruments des sons de claviers étranges, chacun des deux protagonistes s’étend sur des terrains ainsi rendus plus vastes. Les possibilités qu’offrent ces procédés ouvrent la porte aux expérimentations. Les musiciens flirtent tantôt avec des ambiances jazz rock propulsées à des cadences effrénées, tantôt avec des sons et des rythmes proches du trip hop ou de l’électro, et l’effet de surprise est permanent. L’énergie du duo associée à celle que confère un enregistrement « live » offre à cet album une puissance impétueuse et une folie à chaque titre un peu plus démontrée.

Il est toujours intéressant d’être confronté à une nouvelle approche d’un style aux conventions établies. Celle de Trio96, peut-être maladroite par moments, ne retire rien aux qualités présentes sur cet album aux accents purement expérimentaux. Loin de ce qui se fait en matière de progressif, ce disque pourrait en surprendre plus d’un.