Lâoh - The Liquid Crystal Sins

10/08/2004

Par Julien Van Espen

Label: Atoll Music

Site:

Ce groupe niçois créé en janvier 2000 présente avec The Liquid Crystal Sins son premier disque autoproduit. La formation évolue dans un registre pop-rock éthéré incluant des influences metal et électro. Parmis leurs maîtres, on notera Bjork, Placebo, Radiohead ou encore Cure.

Très pop, la musique de Laoh ne séduira vraisemblablement que la part du public progressif prête à se contenter de morceaux simples à la trame dépouillée, parsemés d’ambiances acoustiques, planantes, voire sombres et mélancoliques : la complexité n’est pas de mise ici. Lâoh semble posséder son propre univers et son propre son : même si l’on reconnaît assez facilement ses influences, le groupe les cuisine à sa façon. La présence de trois voix différentes permet sans aucun doute de varier les atmosphères et constitue le point fort des Niçois. Nombre de mélodies sortent du lot, belles, simples et accrocheuses et les musiciens arrivent sans conteste à créer des climats. Mais ceux-ci manquent de relief, et se révèlent au final un peu trop plats. Les guitares heavy gagneraient à être utilisées de façon plus incisive, les tempi pourraient être plus variés, de même que les soli de guitare, assez systématiques et redondants. Mention « bien » pour la production assumée par le groupe lui-même et qui permet à chaque instrumentiste de se faire entendre et de s’inscrire dans l’ambiance si particulière de la musique de Lâoh.

Soyons confiants, Lâoh n’en est qu’à ses débuts, le groupe est jeune et ne peut que développer sa personnalité et son charisme, pour finalement trouver les astuces qui le feront grandir.