Queensrÿche - The Art of Live

29/07/2004

Par Xavier Méra

Label: Sanctuary

Site: www.queensryche.com

Moins de trois ans après la sortie de Live Evolution, le quintette de Seattle sort un nouveau disque live enregistré lors de la tournée de promotion de son dernier album, Tribe. Avec un seul album studio depuis l’enregistrement public precedent, la sortie de The Art of Live peut sembler un peu prématurée. Cependant, la set-list a été habilement choisie : pas de véritable doublon, puisque seul « Roads to Madness » figure sur les deux albums, et dans des versions très différentes. Cela suffit-il à justifier l’acquisition de The Art Of Live ? Rien n’est moins sûr.

Queensrÿche a la réputation globalement méritée de ne pas se répéter et de prendre des risques. En conséquence, chacun de ses albums est sensiblement différent et aucun consensus n’apparaît lorsqu’on demande aux connaisseurs de se prononcer sur leur disque préféré, même si le trio de tête est en général compose de Operation: MindcrimeEmpire etPromised Land. Par contre, on s’accorde généralement à dire que l’inspiration s’est évanouie depuis Hear In The Now Frontier, et c’est ce qui fâche avec The Art of Live, dont la première moitié est consacrée à cette période. Six de ces sept morceaux sont issus de Tribe, sans doute plus intéressant que ses deux prédécesseurs. Cependant, on reste circonspect devant leur orientation stylistique : ce ne sont certes pas de mauvais morceaux, mais ils soutiennent mal la comparaison avec le glorieux passé du Rÿche, qui fut quand même l’une des voix les plus originales de la scène heavy metal.
Queensrÿche semble aujourd’hui avoir adopté une technique d’écriture similaire à celle de la plupart des groupes rock : chaque titre est basé sur un riff, un groove, et la mélodie est réservée aux lignes vocales. Il n’y a rien de criminel à cela mais il reste difficile de s’enthousiasmer sur un choix se situant à l’opposé de ce que Queensrÿche a pu représenter par le passé. Si l’on fait abstraction de cette comparaison, on constate que l’on a cependant affaire à de bons titres rock/metal, mais qui manquent de ce petit quelque chose qui pourrait désormais faire de Queensrÿche un classique du genre.
La seconde moitié de l’album est dédiée au passé, et l’on se prend à espérer que cela donne un intérêt supplémentaire au disque. Malheureusement, l’interprétation des vieux titres manque de passion, et si tout est techniquement bien joué, ces versions n’apportent rien par rapport aux originales

The Art of Live est donc un disque très moyen. On y trouve bien sûr de « bonnes chansons », mais leur interprétation est sans relief. Ainsi, la prise de son a beau être excellente, on se demande bien à quoi sert ce nouveau disque, qui semble donc à réserver aux fans. Et si l’on doit posséder un seul live, il vaut sans doute mieux acquérir Live Evolution.