French TV - Pardon Our French

01/07/2004

Par Djul

Label: Pretentious Dino

Site:

Les barjots de French TV sont de retour ! Au rythme d’un album tous les deux ans depuis quelques années, et après plus de deux décennies d’existence, les Américains continuent d’enrichir leur musique avec succès puisque chaque disque est meilleur que le précédent. Ainsi, comme nous l’avions remarqué au sujet de leurs deux derniers albums en date, The Case Against Art et The Violence of Amateurs, la formule instrumentale et entièrement dédiée à toutes les formes de progressif connues et imaginables ne cesse de se développer. Sorte de pot-pourri d’influences progressives années soixante-dix, de jazz rock, voire de world-music, French TV s’impose avec Pardon Our French, son huitième album, comme un incontournable acteur de la scène progressive mondiale !

Répartie en cinq longues pièces, cette heure de musique fait voyager comme peu de disques sortis depuis le début de l’année, et savoir que ces morceaux tortueux et très chargés sont enregistrés par quatre ou cinq musiciens tout au plus plonge dans une grande perplexité ! « Everthing Works In Mexico » débute sur une introduction toute genesisienne, qui mène à un break de trompette rappelant le titre du morceau, avant un final d’anthologie digne de la furie d’un Magma. Sur « Sekala Dan Niskala », ce sont des atmosphères beaucoup plus ethniques qui sont abordées par French TV : une sorte d’exercice de style où violons, instruments à vents, et percussions diverses s’entrechoquent avec la virtuosité d’un Univers Zero, et où les changements de rythmes sont abordés avec dextérité (le passage atmosphérique et mélodique central s’ouvrant, par exemple, sur un solo de guitare déchaîné, grâce à une succincte mais ingénieuse montée en puissance).
C’est désormais une tradition : French TV ne cache pas ses influences, et revendique même le fait de composer de vrais patchworks dédiés à la musique qu’il aime. Il était donc temps pour le groupe de faire honneur à son nom, et après avoir repris Samla Mammas Manna sur The Violence of Amateurs, Mike Sary et ses compères nous proposent un « méga-medley » de nombreux groupes français ayant participé à la scène progressive française des seventies. De qui parle-t-on ? D’Ange bien sûr (« La Bataille du Sucre »), de Pulsar, Shylock, Carpe Diem, mais aussi d’Atoll ou d’Etron Fou. Autant de références pointues et de choix de morceaux judicieux qui sont bien la preuve de l’amour inconditionnel de French TV pour le progressif de cette époque. Perfectionniste, le groupe invite même Nathalie Gilbert pour assurer le chant dans sa langue d’origine (la nôtre !). Malgré son nom, elle possède un accent américain tout à fait charmant ! En vingt minutes de thèmes entrelacés et de passages épiques (les morceaux de Shylock et Carpe Diem sont mixés entre eux), et une réelle réappropriation de ce patrimoine (détenu par Muséa, qui a autorisé cet enregistrement), on en vient à la conclusion que les Américains viennent peut être là de signer la reprise de l’année, pour ne pas dire plus !
C’est ensuite à huit musiciens que le groupe délivre le brinquebalent « Tears of a Velvet Clown », morceau doux-amer, entre kermesse jazz malsaine et belles envolées violons/guitares. Et le groupe de terminer par un titre bien fou, « When The Ruff Creampuffs Take Over ».

Plein de second degré et de « private jokes » à l’attention de l’amateur passionné, Pardon Our French est une déclaration d’amour au progressif en même temps qu’une expérience musicale d’une richesse rare. Le talent de French TV ne peut être ignoré plus longtemps !