A Sparrow-grass Hunt - Le Journal du Dormeur

04/06/2004

Par Greg Filibert

Label: EDT

Site:

A Sparrow-grass Hunt est un trio franco-néerlandais qui semble être fasciné par le sommeil et ses différents cycles. Il propose d’explorer les rêves au travers d’une musique hautement atmosphérique surmontée de voix majoritairement narratives.

Rarement un titre d’album n’a été aussi bien choisi que celui-ci. Le Journal du Dormeur plonge son auditeur dans le scepticisme absolu avant de l’amener sournoisement vers une profonde léthargie. A Sparrow-grass Hunt navigue entre musique classique douce (« Ouverture ») et musique planante (« Crépuscule »), constituée de nappes synthétiques enfumées de quelques menus arpèges de guitare acoustique et autres instruments employés avec parcimonie (boîte à rythme, basse, etc.). Bien que rudimentaire et inconsistante, la musique bénéficie d’une bonne interprétation, comportant des arrangements satisfaisants et de jolies interventions de la violoniste Rosalie Hartog.
Deux voix, masculine et féminine, viennent décrire ces fameux rêves sur un ton lancinant, monocorde et… soporifique. Ces rêves bien peu enthousiasmants prennent des allures de cauchemars lorsque les narrations se font en anglais. Si la demoiselle Liesbeth Houdijk s’en tire bien de ce côté-là, la prestation de son compagnon frise réellement le grotesque ! L’accent estampillé made in France, les quelques fautes de prononciation et les tentatives désespérées de réussir à chanter (le consternant « Hyperdelic ») provoqueront malheureusement l’hilarité chez certains, ou l’embarras chez d’autres.

Le Journal du Dormeur se rapproche davantage d’un disque de relaxation que d’un disque de musique. D’un intérêt franchement limité pour le mélomane, A Sparrow-grass Hunt peut néanmoins espérer trouver un public auprès de personnes désireuses de tomber rapidement dans les bras de Morphée.