Blezqi Zatsaz - The Tides Turn

19/04/2004

Par Aleksandr Lézy

Label: Lucretia records

Site:

Blezqi Zatsaz n’est pas le nom d’un musicien aux origines exotiques mais bien celui d’un groupe, grâce auquel Fabio Ribeiro, le claviériste de Shaman, a cherché à exprimer ses idées les plus personnelles. La formation regroupe des musiciens réputés de la scène brésilienne, dont Kiko Loureiro, l’incroyable guitariste d’Angra et Eduardo Ardanuy, le batteur de Dr. Sin. Quasiment treize ans après son premier disque sous le nom de Blezqi Zatsaz, The Rise And Fall Of Passional Sanity, Fabio Ribeiro a-t-il su tirer profit des expériences acquises au fil des années ?

Profitant d’une escapade en dehors de Shaman, Fabio Ribeiro propose soixante-dix minutes de musique instrumentale dans une veine rock progressif symphonique. Assez loin des clichés du genre grâce à des emprunts à diverses époques, l’homme de cérémonie ne se laisse pas emporter dans des imitations fallacieuses, même s’il ne réinvente pas un style. L’ensemble est clair, dépourvu de fioritures techniques, et mène directement à l’essentiel. Tout est mis en scène de manière habile, grâce à des variations régulières des tempi, ambiances et autres rythmes. Les idées, fraîches et homogènes, rappellent clairement ce qui se faisait dans les 70’s, mais toujours avec un souci certain de modernisme : le traitement du son a en effet été réalisé afin de donner un nouveau souffle à un rock métissé par l’apport de classicisme et d’un progressif parfois hard, sans jamais devenir lourd, les saturations des guitares restant très légères et pures.
Pas de métal à l’horizon, ce qui prouve que Ribeiro semble vouloir diversifier son catalogue discographique. L’équilibre entre les instruments leaders, claviers et guitares, résulte d’une intéressante alchimie entre Fabio Ribeiro et Kiko Loureiro, toujours soucieux d’offrir un travail soigné. Les lignes mélodiques sont accrocheuses et fluides, et mènent irrémédiablement vers des soli de guitare ou de claviers, tandis qu’un petit plus est apporté par des incursions de flûtes et de saxophones, enrichissant avec beaucoup de sensualités certains passages calmes et atmosphériques.
The tide turns connaît tout de même quelques longueurs, et une telle dose de musique instrumentale peut devenir rebutante lorsqu’elle ne fait que remettre à jour un style déjà énormément parcouru. Mais les dimensions abordées sont originales, rappelant Rick Wakeman ou Vangelis, et la musique de Blezqi Zatsaz reste toujours familière, ce qui en facilite amplement l’écoute.

Ce disque très agréable fait donc preuve d’un grand potentiel, aidé par une production soignée et un dosage précis dans l’équation des instruments, même si l’ensemble est sans doute insuffisamment exploité. Les années d’expérience ont donc profité à Fabio Ribeiro qui prouve dès lors une vraie maturité musicale.