Lexton Superb - Miss L

04/01/2004

Par Djul

Label: Autoproduction

Site:

Lexton Superb est un groupe franco-suisse qui, après une petite année d’expérience, sort déjà son premier album, un auto-produit. Il faut dire que le groupe fait figure de projet parallèle pour ses membres, investis dans d’autres formations, comme The Wood, groupe alternatif, ou d’autres aventures en solo : Frédéric De Cecco, le guitariste, est déjà auteur de trois albums.

Miss L permet de découvrir un groupe à la frontière de la pop et du progressif, même si son format radio et ses refrains accrocheurs le placent plutôt dans la première catégorie. Mais ce sont la diversité des inspirations et l’originalité des arrangements de Lexton Superb qui font de lui un groupe « progressif », dans son acception la plus moderne. De diversité, ce disque n’en manque donc pas : un morceau « tarantinesque » avec percussions latines (« The Call of Mar »), un titre pop à arpèges « frippesques » (« Miss L »), un peu de chant africain et de violons (« The Wandering », un des meilleurs titres, sans conteste) ou un morceau calme mais un peu dérangé à la Faith no More (« White Square »). Néanmoins, le tout reste assez homogène, grâce à la place laissée à la guitare acoustique, à une section rythmique très dynamique, et une prédilection pour les atmosphères paisibles.
D’ailleurs, c’est un peu de folie qu’il manque sur ce disque, car malgré des passages instrumentaux toujours pertinents, on reste un peu frustré de passages plus enlevés ou barrés : « This delicious rigmarole » et « Pure » arrivent d’ailleurs au bon moment pour montrer que les francophones sont capables de mettre un peu d’électronique ou de distorsion dans leur son. On regrettera également un chant qui, s’il n’est pas désagréable, reste trop monocorde pour séduire sur la longueur. Lexton Superb pourrait même pousser un peu plus l’expérimentation car, si ces titres sont bien faits, le public progressif pourra se montrer circonspect s’il ne s’y ajoute pas à l’avenir une plus grande prise de risque. Mais après tout, est-ce l’auditoire que vise le groupe ?