Double Heart Project - Human Nature's Fight

20/12/2003

Par Greg Filibert

Label: Brennus Music

Site:

Il semble que décembre soit le mois de la guitare ! En témoigne entre autres Double Heart Project, fondé par Vincent Fabre (batteur de Cyril Achard) et Franck Ribière (précédemment webmestre de Taboo Voodoo, une autre émanation d’Achard), deux amis d’enfance à la passion commune pour l’instrument ! Human’s Nature Fight en résulte, au goût de rock instrumental à la Satriani, Vai ou Saraceno.

L’album débute sur une longue plage introductive (« Apocalypse Orchestra ») avant de rentrer dans le vif du sujet. Les titres, proches des références déjà évoquées, penchent aussi du côté de Marty Friedman pour certains passages aux consonances asiatiques, dont l’ex-guitariste de Megadeth est très friand (cf. Scenes et Introduction) au point d’avoir accompagné, musicien sous contrat, une chanteuse pop nipponne en tournée au Japon cette année.
Et si l’on évoque Megadeth, il est curieux de retrouver un autre « ex » de la bande : le guitariste Chris Poland, venu croiser le manche avec nos intéressés pour « Echoes From Asia ». D’autres invités de marque se promènent sur l’album : le bassiste Sébastien Villa, qui donne du slap sur « Heavy Funk Party », et le virtuose Cyril Achard sur « Take Care Of Her ».

Franck et Vincent possèdent un bon niveau technique et livrent des soli efficaces sans être trop complexes pour tout auditeur. Remercions-les d’ailleurs d’avoir privilégié le travail de composition à l’onanisme aigu trop courant dans ce style. Qu’elles soient en duel ou en harmonie, les guitares donnent des thèmes simples mais efficaces, et des morceaux comme « Take Care Of Her » ou « When You Were There » rappelant Steve Vai sont rapidement séduisants, alors que « Rebirth Orchestra » renverra aux heures de gloire de Cacophony. Si la production possède un rendu très clair, constatons étrangement que la batterie sort sur la gauche et non au centre comme de coutume, ce qui donne un déséquilibre panoramique à l’ensemble. Mais le tandem semble être encore en train de repeaufiner le mastering, fautif, qui utilisait alors un procédé assez neuf jouant sur le panoramique : il y a donc de fortes chances que ce défaut soit corrigé lors de l’édition finale. Les guitares sont en revanche bien restituées et équilibrées.

Début prometteur pour ce duo, Human Nature’s Fight est un disque agréable à écouter, aussi bien pour l’amateur féru de guitare que pour le néophyte. Avec des compositions un peu moins conventionnelles (pourquoi ne pas développer le côté exotique distillé ici ?) Double Heart Project devrait trouver une place dans le cœur du public.