Thierry Crusem - Couloirs de l'Amer Etonnant

20/11/2003

Par Pierre Graffin

Label: Art'Roze

Site:

Sorti au cours de l’été dernier sous le Label Art’Roze et distribué par Musea, cet album est l’aboutissement du projet solo de Thierry Crusem, artiste originaire de Moselle et ex-membre d’un groupe appelé Mamie Tonk. On est immédiatement frappé par la ressemblance avec Christian Descamps, tant au niveau de la voix qu’à celui de textes riches en jeux de mots même s’ils sont ici beaucoup plus nébuleux, pour ne pas dire insaisissables, que chez Ange.

La comparaison ne dure cependant pas car, au fur et à mesure de l’écoute de ce premier disque, il apparaît que le traitement musical d’ensemble est beaucoup plus direct et moins alambiqué – moins dense ? – que les compositions à tiroirs du groupe franc-comtois. Tantôt rock alternatif (« Candide » ou « La Pomme » font penser à Pigalle, ex-Garçons Bouchers), tantôt progressif, Les Couloirs De L’amer Etonnant n’échappe pourtant pas au problème récurrent des chanteurs à texte du genre : tenter de noyer dans des arrangements, dont la surenchère est souvent superflue, des carences mélodiques indéniables. On pense en cela aux derniers albums de Fish qui ne dérogent hélas pas à cette règle. En clair, Crusem privilégie ses textes à sa musique et cela s’entend un peu trop : l’accompagnement musical est en permanence au service de textes parfois torturés – mais pas toujours géniaux – ce qui rend l’écoute prolongée et répétée un peu laborieuse. C’est d’autant plus regrettable qu’il fait preuve d’une belle agilité à manier les mots, qu’il réussit à créer de jolies ambiances (« Les Graines de Milet »…) et même à frôler la perfection de temps en temps comme sur le très réussi « Nouveau Né », sans doute le titre le plus abouti de l’album.

Côté musique, on a droit à une jolie brochette de musiciens manifestement confirmés dont Thierry Sidhoum (Ange, d’ailleurs) à la basse, servis par une production extrêmement soignée pour un premier disque et ce, malgré la surabondance d’instruments et/ou d’arrangements évoquée plus haut. On ne peut donc que louer les efforts de cet artiste lorrain prometteur et souhaiter vivement que les petites erreurs de jeunesse de ce premier album soient rapidement gommées.