Cross - Secrets

07/05/2003

Par Greg Filibert

Label: Progress Records

Site:

Articulé autour du multi-instrumentiste Hansi Cross (chant, guitare, synthé), Cross est un groupe suédois de néo progressif peu connu en France, mais qui existe depuis plus de dix ans. Leur sixième album, Secrets, sans compter le single Paradox et la compilation Heart Of Prog Radio, est sorti en 2000 sur le label Progress Records.

Le trio évolue dans le même créneau que Marillion et Pendragon, en proposant des titres rock assez planants sur lesquels plane l’ombre de Genesis. Les mélodies et les nombreux thèmes de synthés ou de guitares sont très accessibles, facilitant l’ingestion de chansons relativement longues. Il est à noter que Hansi Cross a la particularité de légèrement zozoter, notamment sur « Bleeding In Silence » : ce petit défaut prête à sourire, mais ne gêne aucunement car sa voix est agréable et expressive. Notre homme tâte aussi de la six-cordes et sans être d’une complexité affolante, les parties de guitares recèlent quelques riffs assez énervés et de jolis chorus (l’instrumental « Awakening » par exemple). On remarquera à ce propos que la guitare est souvent absente lors des couplets, au profit de nappes de synthés très en avant. Côté rythmique, la basse de Lollo Andersson et la batterie de Tomas Hjort délivrent un jeu très carré et sans note inutile.

Secrets s’écoute sans déplaisir, mais souffre d’une certaine linéarité, car la majorité des titres, en dépit de quelques modulations, sont écrits dans la même tonalité tandis que plusieurs lignes de synthé sont assez proches des unes des autres. La lassitude finit donc par s’installer, malgré la structure assez élaborée des morceaux. Cependant la chanson phare (et fleuve) « Welcome To Utopia » vaut le détour ! Cross donne ici le meilleur de lui-même : un magnifique refrain qui s’incrustera irrémédiablement dans votre tête, de multiples passages instrumentaux aériens et un long solo de guitare final d’inspiration gilmourienne : voilà qui conclut l’album sur une impression plus positive ! La production est de bonne tenue, avec un mixage très clair et une bonne restitution des instruments, mais on regrettera tout de même que le synthé soit régulièrement trop mis en valeur. L’album est donc sans surprise ni génie, mais recèle néanmoins un capital de sympathie accessible aux amateurs de néo prog.