Veda - Veda

17/03/2003

Par Greg Filibert

Label: Autoproduction

Site:

L’année 2003 annoncerait-elle réveil de la France ? En tout cas les démos de jeunes groupes ne cessent d’arriver à la rédaction, preuve de la vivacité de notre scène progressive ! Après un album sous le nom d’Aldébaran et quelques dates en première partie de Bumblefoot, les toulousains de Veda nous présentent leur nouvelle réalisation.

Les cinq titres du cd sont orientés metal progressif façon Dream Theater, Lemur Voice ou Shadow Gallery et démontrent que le sextuor possède un niveau technique tout à fait honorable. Les guitares, assurées par Thomas Curtil et Fabrice Lacourt, sont de bonne tenue et techniquement parlant homogènes. Les riffs de « Signs Of Times » ou « Friends Of Anger » sont marquants et bien trouvés. La section rythmique est du même acabit, bien en place et n’est pas avare en breaks en tous genres. La voix de Nicolas David aux intonations proches d’un Gregoor Van Der Loo (Lemur Voice) est agréable, possède d’intéressantes capacités mais manque de justesse à certains endroits (« Gods Of Nothingness ») et a parfois du mal à se placer sur les rythmes complexes des musiciens : il en résulte quelques mélodies vocales difficilement accessibles de prime abord. On se raccrochera aux quelques thèmes musicaux des guitares ou des synthés de Michel Durand sur « Mental Pabulum », « Chance » – le meilleur des cinq titres – ou « Friends Of Anger » et son surprenant solo d’accordéon ! La production, quant à elle, reste perfectible : les instruments sonnent en effet de manière étriquée et le mixage se révèle brouillon lors des passages plus fournis.

Encore un groupe bien de chez nous qui possède un potentiel certain et qui devrait faire bientôt partie des valeurs sûres de l’hexagone. On attend seulement de la part de Veda des mélodies plus travaillées et accrocheuses, avec une instrumentation moins chargée lors des passages chantés, pour laisser la latitude nécessaire à Nicolas David de s’exprimer pleinement.