:)
10 Juillet 2003

Type O Negative

Life is Killing Me

par Djul
Type O Negative dans Progressia ? Et oui. Groupe fondamentalement à part, catalogué métal autant que gothique, mais disposant d’un son et d’un chanteur unique, et composant des morceaux épiques, T.O.N. a sa place dans nos colonnes. Et ce n’est pas ce grand disque qui pourrait nous inciter à tergiverser plus longtemps.

Trois ans après un World Coming Down décevant car trop sombre et trop lent, Peter Steele tente un retour presque inattendu sur la scène musicale. Condensant une décennie de composition, les compositions désespérées mais lumineuses de Bloody Kisses, l’aspect très accessible et romantique de October Rust et la noirceur et la pesanteur de World Coming Down se trouvent réunies avec bonheur, pendant soixante-quinze minutes.

Dès « I Don’t Wanna Be Me », on retrouve le timbre si grave de Steele, sur un fond gothique et énergique. Mais soyons clairs : ce morceau très accessible n’est pas représentatif du disque en son ensemble, au même titre que ce « I Like Goils » sur lequel Steele s’offre à nouveau une controverse, avec des paroles politiquement incorrectes ou le hardcore « Angry Inch », qui rappelle la première période du groupe. Et s’ils aèrent la trame de façon remarquable (comme sur Bloody Kisses), ils ne convaincront pas forcément l'âme de nos lecteurs les plus sensibles et exigeants.

C’est en écoutant des titres comme le beatlesien « Less than Zero », « Anesthesia » et son déchirant final ou l’émouvant « Nettie » qu’ils risquent de tomber des nues. Sans parler des compositions ciselées que sont « The Dream is Dead » ou « ...A Dish Better Served Coldly », où les paroles font mal, et dans lesquelles l’humanité de Steele, homme bien plus fin et cynique qu’il ne laisse transparaître, s’exprime enfin de manière aboutie. Le tout avec ce son stratosphérique et sursaturé qui fait de T.O.N. le Cocteau Twins du métal, en délivrant une musique toute en atmosphères, où les voix principales et les chœurs surmontent une trame musicale très riche.

Bref, ne vous fiez pas à la réputation sulfureuse et aux étiquettes que véhicule le groupe, en partie de son propre fait. Il vaut bien plus. Avec Life is Killing Me, T.O.N. revient au premier plan et se doit d’être écouté par ceux que la musique sombre n’effraie pas.
  • Année: 2003
  • Label: Roadrunner Records

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir