:)
02 Novembre 2003

Syrinx

Réification

par Greg Filibert
Syrinx est un groupe bien mystérieux. Derrière ce nom se cachent quatre français qui ont souhaité garder l’anonymat et préfèrent se nommer les Transcripteurs. Réunis en 99, ces musiciens jouent ce qu’ils appellent de la musique « métamorphique ». Malgré ce nom abscons, c’est un style que nous rapprocherons volontiers du progressif.

Entièrement instrumental et quasi-exclusivement acoustique, Réification fait preuve d’originalité et de beaucoup de maîtrise ! Il est difficile de décrire ce paysage musical qui s’offre à nous tant il est dense et complexe. Pour essayer de mieux cerner l’objet, disons que parfois des groupes tels que Gordian Knot, Dream Theater, Planet X ou encore King Crimson nous viennent à l’esprit. Guitare, basse, batterie et synthé s’accordent à décrire de nombreuses ambiances pouvant aller du pur moment de quiétude à une atmosphère sombre, puissante et torturée à la fois. Les structures des titres sont en perpétuel mouvement, mais les mélodies ne sont pas oubliées, bien qu’il faille une oreille attentive pour toutes les cerner. Les quatre instrumentistes font preuve d’un excellent niveau technique. La guitare acoustique joue plutôt dans un registre rythmique et excelle particulièrement dans les arrangements pertinents. Mais cela ne l’empêche pas de s’échapper pour quelques soli de temps à autre.
Les synthés ne prennent jamais le pas sur les autres instruments, et savent mener la danse quand il le faut, avec notamment de très belles envolées aux moments adéquats. Ne vous attendez cependant pas à des solos à la Jordan Rudess (Dream Theater). Quant à la section basse/batterie, virtuosité, finesse et rigueur métronomique sont les adjectifs qui lui correspondent le mieux, et de ce côté, on ne s’ennuie vraiment pas ! Les prouesses des Transcripteurs sont servies par une très bonne production au mixage clair et précis.

Réification est une très agréable surprise, technique sans être démonstratif, original et intéressant. L’amateur des groupes cités plus haut se doit de jeter une oreille sur ce quatuor, même si certains demeureront peut-être hermétiques à l’univers particulier de Syrinx. Pour peu que l’on reste concentré et ne perde pas le fil (sur un titre d’un quart d’heure par exemple, comme« Réification » ou « Orbis Ubique »), le voyage devient tout à fait attrayant.
  • Année: 2003
  • Label: Autoproduction

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir