:)
11 Juillet 2011

Calomito

Cane Di Schiena

par Aleksandr Lézy

Habituellement, le Rock in Opposition inspire peur et frayeur aux non initiés : un concept musical riche, obscur et complexe en termes de sonorités et d’harmonies qui, au fil des décennies, persiste à exploiter des schémas inhabituels, sinueux et périlleux. Avec ce foisonnement d’idées à tous les étages, le RIO ne survit qu’auprès d’un public averti. Reconnaissons toutefois qu’un groupe comme Calomito est susceptible d’ouvrir les portes de cet univers à de nouveaux auditeurs grâce à sa force de caractère et son tempérament volcanique.

Cane Di Schiena est le deuxième album de cette formation italienne originaire de Gênes, après Inaudito sorti en 2005. Vache maigre, le groupe n’a sorti que deux albums en treize longues années. Pourtant, c’est avec émerveillement qu’on se plonge dans cet univers coloré. Les vives harmonies jazz et classique s’entrecroisent dans des mouvements dynamiques et maîtrisés laissant la part belle à des cuivres survitaminés et une section rythmique impétueuse.

Le travail autour des mélodies permet de se retrouver dans cet enchevêtrement de strates instrumentales, parfois typique du genre comme sur le morceau d’ouverture « Bella Lee », ou plus aventureux comme sur le judicieux « Fungo » où l’expérimentation donne l’occasion aux musiciens de se démarquer de leurs pairs.

Calomito démontre une irrévérencieuse propension à faire passer les passages musicaux les plus ardus pour de simples ritournelles et c’est en cela que Cane Di Schiena est un très bon album : un disque original et soigné aux ambitions riches et palpitantes. L’Italie se réveille à nouveau.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir