Anthurus d'Archer - Musique Verte

25/06/2009

Par Aleksandr Lézy

Label: Autoproduction

Site:

Voici un concept qu’on aimerait rencontrer plus souvent : un voyage initiatique aux quatre coins du monde de la musique, un environnement sain dans lequel il est bon et agréable de se promener. Les couleurs y sont chatoyantes voire provocantes. Et si la musique verte se définit par des instruments ou jouets issus de l’environnement naturel, cet album résonne comme une sortie avec les enfants le dimanche chez Nature & Découvertes. On touche, on hume, on perçoit toutes sortes d’éléments, ; ainsi les sens sont mis en éveil. Idéal pour accompagner un film imaginaire, ce court disque alimente la scène « patchwork » où les collages de riffs et de styles prédominent. Anthurus d’Archer s’expose à suivre la route tracée par John Zorn dans Naked City ou ses Filmworks. L’intention semble sincère, loin d’être un simple pastiche, et le résultat s’avère plutôt convaincant. Décontracté, extrêmement vivant, et sous ses airs de déconneur invétéré, le « champignon qui sent mauvais » propose une musique adroitement écrite, parfois même savante. Le traitement du son s’avère très correct pour une autoproduction. Quant au packaging recyclé, pour les heureux bénéficiaires, il est peint pour chaque pièce différemment et numéroté. Musique Verte annonce ainsi Le voyage d’André (2008) avec l’effet de surprise en sus.