Kinski - Down Below It's Chaos

20/11/2007

Par Jérémy Bernadou

Label: Sub Pop Records

Site:

Cette formation en provenance de Seattle était quasiment inconnue jusqu’à l’été 2007, moment où Tool leur a offert l’opportunité de réaliser leurs premières parties le temps de quelques dates. Connaissant l’exigence de ces derniers, on pouvait penser que Kinski valait vraiment le détour. En proposant avec Down Below It’s Chaos son cinquième album en l’espace de six ans, Kinski fait le pari de s’assurer une reconnaissance à grande échelle. L’agréable digipack qui renferme la galette rend le produit encore plus attirant. Avant même d’en avoir entendu une seule note, notre curiosité est titillée, et on espère que le groupe a réussi à concrétiser ces bons pressentiments dans sa musique.

Au premier abord, on reconnaît que le champ d’action du quartette est assez surprenant, naviguant aux frontières d’un post-rock qui aurait fortement abusé des guitares heavy à la Black Sabbath. Cette formule intéressante sur le papier perd de son intérêt au fil des écoutes, la faute à un ton trop monocorde pour captiver l’auditeur. Malgré les quelques trente-huit minutes que dure le disque, on a l’impression d’avoir toujours affaire au même riff peu travaillé, au mêmes sonorités vrombissantes. Contrairement aux groupes précédemment cités, Kinski oublie trop souvent de faire « respirer sa musique », d’attacher plus d’importance aux silences et à la tension qui pourrait en découler. Les progressions sont souvent mises en retrait au profit de mélodies qui tournent rapidement en rond, la faute à une prise de risque peu importante.

Malgré tout, certaines bonnes idées pointent le bout de leur nez, comme le surprenant « Plan, Steal, Drive » aux relents atmosphériques et à la progression intéressante. Malgré tout, Kinski n’exploite pas tout son potentiel et ne développe pas assez les sections de leurs titres. Il en résulte un album dont il manque les éléments essentiels pour accrocher son auditoire : l’imagination et l’originalité semblent avoir été mises temporairement de côté. Les membres de la formation ont les moyens d’enrichir leur vocabulaire, en profitent pour montrer leur capacité à intéresser leur public ponctuellement, mais jamais le temps de plusieurs titres. Dommage pour un groupe qui aurait la possibilité d’espérer une place plus importante sur la scène américaine, grâce à la carrure et le talent scénique dont ils disposent.

Davantage de travail et d’ambition auraient permis à Kinski de revoir sa copie et de livrer un résultat moins décevant. Malheureusement, il est difficile de considérer ce Down Below It’s Chaos comme un album abouti. A côté de toutes les sorties marquantes de cette année, ce disque fait pâle figure et sera très certainement vite oublié.