:|
11 Juillet 2004

Happy the Man

Crafty Hands

par Pierre Graffin
Deuxième album du premier véritable groupe de rock progressif exclusivement américain, Crafty Hands est considéré, à juste titre, comme le meilleur de leur discographie. Happy The Man (clin d’œil à une face B de Genesis) est une formation originale, avec deux claviers, dont Kit Watkins, véritable virtuose tant pour la richesse de ses compositions que pour la qualité de son interprétation, empreinte de sérénité, de grâce et de délicatesse.

Happy The Man allie la complexité de Gentle Giant et l’approche mélodique de Yes, sans jamais tomber dans la démonstration technique stérile. Si « Service With a Smile » concourt dans la catégorie « morceau progressif le plus court de l’histoire du genre » (deux minutes quarante quatre !) et si le titre le plus long de l’album reste en deçà des huit minutes, on demeure quand même loin des compositions calibrées et structurées à la Alan Parsons. Les influences sont diverses, depuis le diaphane « Morning Sun », qui rappelle les grandes heures de Genesis période Hackett, au très crimsonien « Steaming Pipe », on navigue sur Crafty Hands avec plaisir, tant l’ensemble est homogène et abouti malgré la quasi-absence de voix. Le seul titre chanté, « Wind Up Doll Day Wind », est d’ailleurs le moins intéressant de tous, malgré un texte très poétique de Stanley Whitaker. La production, remarquable de limpidité, n’est pas en reste : elle laisse la part belle à chacun des instruments. On approche la gageure compte tenu de la complexité de certains passages !

Malheureusement, l’essai ne sera pas transformé car Crafty Hands n’est suivi que d’un album, 3rd Better Late…, avant que les membres ne se séparent. Reconnus pour leur talent par Peter Gabriel, Watkins et Whitaker seront pressentis pour l’accompagner dans sa carrière solo. Le projet avortera finalement car il aurait été contradictoire (et certainement incompris !) que Gabriel s’entoure d’acolytes aussi proches musicalement de ses anciens camarades. Malgré une carrière éphémère et une discographie sommaire, Happy The Man demeure un groupe culte et un passage musical incontournable pour tout fan de progressif qui se respecte.
  • Année: 1978
  • Label: One Way Records

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir