:|
17 Mars 2004

Wappa Gappa

Gappa

par Aleksandr Lézy
Wappa Gappa est un groupe japonais formé en 1992 et composé de musiciens venant d'univers divers et variés, proposant de ce fait une musique très différente de celle de leurs compatriotes... Les connaisseurs risquent d’être un peu déçus : Yasuhiro Tachibana a quitté le groupe voilà maintenant près d'un an. Ce guitariste, aux accents holdsworthiens décalés qui apportaient une réelle émotion à l'ensemble, est remplacé par Masahiro Lee, guitariste de Freewill. Surprise : le changement est en fait bénéfique.

Wappa Gappa ne donne pas dans un rock progessif symphonique à la Pageant ou même Ars Nova, mais dans une sorte de néo progressif virant nettement jazz-rock, avec parfois des teintes rythm & blues, ou même pop-rock dans la construction des morceaux. L'intérêt de ce groupe réside d’ailleurs dans la manière qu’il a de rendre accessible une musique parfois complexe. Des couleurs sonores éclectiques habillent subtilement les morceaux de ce troisième album, le rendant accessible à un large public.
Le chant est assuré par une femme, Tamani Yamamoto, qui écrit les textes et les chante en japonais, d’une voix suave et presque sirupeuse, mettant ainsi en avant l’aspect mélodique des lignes vocales. Les autres musiciens savent se faire entendre chacun à leur manière : la basse fretless de Keizo Endo impressionne par sa fluidité, la batterie de Hirishi Mineo, pleine d’envolées, se fait remarquer par un jeu très fin, parfois complexe mais jamais démonstratif, et les claviers de Hideaki Nagaike apposent une touche jazzy par des accords spécifiques au genre, mêlés à des sons familiers du néo progressif, mais toujours utilisés avec un souci de précision et d'efficacité.
Les huit morceaux qui composent ce disque sont « normalement » longs (sept minutes minimum) et construits de manière à ce que, d'une part, l'auditeur puisse se repérer aisément dans leur structure grâce au format pop et que, d'autre part, il n’ait jamais l’occasion de s’ennuyer, même dans les passages un peu plus planants et atmosphériques.

Tout les éléments propres au style sont donc au rendez-vous : de belles ambiances, de beaux soli, une voix très agréable et reposante, un fin dosage de finesse et de complexité jazz-rock pour des morceaux faciles à retenir. Et ce qui rend par-dessus tout ce disque agréable est bien cet éclectisme musical, qui apporte à l’ensemble une fraîcheur venue d’Asie.
  • Année: 2004
  • Label: Musea

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir