:|
10 Septembre 2003

Steve Howe

Elements

par Pierre Graffin
Récemment placé soixante-neuvième (sic) dans le classement des cent plus grands guitaristes de tous les temps dressé par le magazine Rolling Stone, derrière The Edge (re-sic) ou Kurt Cobain (re-re sic ! NdRC : arrête, ça me déprime aussi !), Steve Howe poursuit son petit bonhomme de chemin musical en marge de Yes. La dernière tournée en date du groupe a démontré, si besoin en était encore, à quel point Howe est un virtuose sur six cordes, et ce nouvel album n’est qu’une occasion supplémentaire de le prouver aux éventuels indécis !

Après un Acoustic Timbre très ... acoustique (NdRC : curieux, ça…) et un album très éthéré (Skyline), c’est accompagné de ses deux fils - Dylan et Virgil - et à la tête d’un nouveau projet appelé Remedy que Steve Howe sort un album complètement hétéroclite et difficilement classable. On reconnaît certes le toucher incomparable du maître comme sur « Pacific Haze », mais les arrangements aux claviers, cuivres, flûtes etc permettent à la guitare d’être soulignée sans être pour autant exagérément mise en avant, comme ce fut souvent le cas au cours de la carrière de Howe. Elle est même d’ailleurs parfois en retrait sans que l’ensemble en pâtisse pour autant. Essentiellement instrumental, Elements revisite avec bonheur les heures de gloire de la guitare au travers du rock, du jazz traditionnel façon « big band », du blues ou encore de ballades très propres, imprégnées de la période FM de Clapton.
Certes, les parties chantées sont parfois laborieuses comme on l’entend sur « Load Off My Mind » notamment, et certains titres sont franchement dispensables, mais cela ne suffit pas à gâcher le plaisir que l’on éprouve à l’écoute de ce recueil de morceaux aussi différents que réussis. Force est de constater que Steve Howe fait ici preuve d’un éclectisme et d’une curiosité impressionnants, y compris pour qui n’est pas particulièrement fan du personnage ni même de Yes. Elements est en effet très loin des démonstrations magistrales mais dépourvues d’émotion auxquelles le guitariste avait pu nous habituer dans le passé.

Une fois de plus, Steve Howe fait preuve de sa superbe maîtrise technique, mais de manière beaucoup moins ostentatoire que par le passé. Ce nouvel album pourra paraître un peu dispersé mais il s’écoute de bout en bout avec un bonheur authentique, en vrai remède contre la morosité !
  • Année: 2003
  • Label: InsideOut Music

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir