:|
15 Janvier 2014

Elora

Crash

par Ancestor
dans

La France a des talents latents… Des potentiels en sommeil… 2013 : Marseille éveille quelques troubadours progs, alors Elora est là, artisan d'un Rock feutré, calme, et élégant.

Leur premier disque, Crash, est un chouette objet, doté d'une belle clarté sonore, sèche et sophistiquée, mais hélas sans grande emphase. Pourtant les agapes sont alléchantes, guidées par une guitare claire, fréquemment en arpèges – dont il est difficile d'ignorer en solo l'influence de Pink Floyd durant la plage instrumentale planante de “Crash”. Souvent la basse prend les devants, revendique une mélodie, impose un rythme hardi - allant même jusqu'à oser quelques débordements funk (“L'Espoir (Part. 2)“, “Elle”…). Durant ce voyage musical, Elora aborde des thèmes usés jusqu'à la corde (amour aveugle, repli sur soi-même, manipulation par le pouvoir, dualité de la personnalité, etc.), cependant les paroles portent, les mots cohabitent en harmonie. Avec parfois même, les stigmates d'un cri discret, d'une révolte sobre. Le chant - dans une veine Lazuli, masculin et féminin, entre choeurs et échanges, s'accorde remarquablement au genre.

Crash s'avère être un album convenable, certes attachant, peut-être pas assez consistant en regard de la concurrence actuelle. Il serait nécessaire, pour que la clique se distingue, d'être moins dans la demi-mesure, d'accentuer les éléments fondateurs, d'amplifier les spécificités. Car aujourd'hui, Lazuli m'emporte sur des terres où Elora n'ose pas s'aventurer…

  • Année: 2013
  • Label: Pregressive Promotion Records

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir