coup de coeur
21 Novembre 2013

Fish

A Feast Of Consequences

par Guillaume Meyer
dans

Il serait facile, de ce côté-ci de la Manche, de poursuivre son bout de chemin sans avoir eu connaissance de A Feast Of Consequences, nouvelle œuvre magistrale tirée du cerveau de Derek William Dick, après cinq longues années d'absence discographique. Facile, car le génial Ecossais, plus connu sous le sobriquet de Fish, est surtout réputé en France auprès des amateurs de rock progressif, ainsi que des fans de Marillion, deux catégories qui ne se superposent pas nécessairement. Il ne bénéficie pas, au pays du fromage, de la même aura iconique que lui ont octroyé au Royaume-Uni ses nombreux succès populaires et sa forte crédibilité artistique. Et c'est un manque regrettable que celui-ci, car il semble malaisé de trouver une seule bonne raison de se passer de cet exceptionnel A Feast Of Consequences, tant le fantasque conteur est de retour au niveau des albums qui firent ses plus grandes heures : Clutching At Straws (avec Marillion), Vigil In A Wilderness Of Mirrors (sa première sortie solo) et le légendaire Internal Exile, mètre-étalon de sa carrière.

Il ne s'agit pas ici de se cantonner à une simple comparaison, même si elle ne serait pas complètement incongrue. En effet, si ses textes sont toujours aussi vivants et perspicaces, la musique de Fish et la production de cet album fleurent bon les nineties. La chanson-titre, « A Feast Of Consequences », mais également le magnifique « Crucifix Corner », renvoient directement l'auteur à ces quelques années où le rock intelligent d'outre-manche a brièvement bénéficié d'une belle amélioration sonore après la bouillie des années 80, et avant le reboot grunge/britpop. Deux des exemples les plus marquants de cette époque dorée sont parus en 1991 : The Soul Cages de Sting, et Internal Exile. Sur ces deux chefs d’œuvre, et donc sur A Feast Of Consequences dans une moindre mesure, deux maîtres mots semblent avoir guidé les choix de production : précision et sobriété. On aura beau chercher la petite bête, difficile de trouver la moindre faute de goût sur ce nouveau Fish, ainsi que dans ses deux glorieux prédécesseurs. Et cette précision est sans doute ce qui dessert l'ensemble, non pas en termes qualitatifs bien entendu, mais d'un point de vue progressiste. Sans aller jusqu'à dire que Fish pourrait avoir été sorti du formol très récemment après vingt années de coma (ce qui serait d'ailleurs très injuste au regard de la pertinence de certains textes), on ne peut passer à côté du fait que le grand homme semble être imperméable à toute forme de modernité musicale. Pas d'électronique, pas d'effets de production actuels, pas de « je chante faux et ma guitare est à moitié accordée c'est mon côté hipster», le tout sonne très analogique, organique, et puis on y entend de la guitare électrique saturée.

Étonnant n'est-ce pas ? Ce n'est évidemment pas un gage de qualité, mais c'est pour le moins la marque d'une façon de faire qui n'est plus de notre époque dans le domaine du rock à papa. Signe des temps peut-être, le new album NEW du Macca contient lui-même sa petite overdriven touch, mais en mode fugace. De là à préjuger d'un retour du bon son il n'y a qu'un pas que franchir serait un contresens total, déjà car NEW n'est pas vraiment synonyme de meilleur. Mais surtout parce que Fish ne revient à rien, il est ce qu'il a toujours été, à savoir un conteur, aimant les morceaux courts et secs (dont l'aspect progressif est traité avec intelligence, sobriété et sans poncif) et doté lui-même d'un sens mélodique hors du commun. Qu'il évoque la guerre (« Crucific Corner »), l'écologie (« Blind To The Beautiful ») ou les réseaux sociaux (« All Loved Up »), sa musique est à son image, variant peu au fil des années, oscillant entre rocks mid-tempo énergique et ballades éthérées. Et si ce A Feast Of Consequences ne jouit sans doute pas du même effet Mel Gibson qu'Internal Exile (dont le jouissif et patriotique morceau-titre traitait de l'indépendance écossaise), il contient tout de même ses moments de bravoure. Sans hésitation, un des grands albums de la décennie, dans sa catégorie.

Commentaires 

#1 alflolol 22-11-2013 14:30
je m'étonne qu'on monte au pinacle un gars qui a mangé un peu à tous les râteliers, qui est certes auteur et interprète mais qui n'est même pas compositeur.
Citer
#2 CHFAB 30-11-2013 00:29
J'ai une grande sympathie pour l'homme, et son écriture, pour ses talents de conteur et ses talk over, mais ce disque m'est apparu d'un autre âge, très très consensuel, pour ne pas dire variété, et peu inventif musicalement, à part deux ou trois morceaux un peu plus rageurs, inspirés de l'époque Wilson (période la plus réussie peut être?)... C'est de la pop assez ringarde à mon goût, plutôt typique des années 90, effectivement, et très néo à papa... mais un papa en perte de vitesse, aillant oublié les premiers incendies de son irrévérente jeunesse... Ce disque s'écoute paresseusement, briquets allumés dans la salle (oooooh c'est beauuuuu), tout en enserrant mollement sa compagne en mal de jeunisme... Dommage. Ce grand chanteur n'a jamais eu la musique qu'il méritait, depuis qu'il est en solo, ou quasiment. Doit-on attendre encore qu'il change de compositeurs et arrangeurs? je crains fort que non... Allez, tous avec moi, on lève les bras en l'air... désolé... et désolant. CHFAB
Citer
#3 jeepax 06-12-2013 20:55
Je pense que l'attente des fans de voir Fish renaître dans le style qui l'a vu briller n'est pas pertinente. Et lui mettre dans les pattes un jeune premier pour relancer on-ne-sait-quoi ne l'est pas davantage. Fish s'est longtemps cherché, a failli se trouver à mon avis (Internal Exile), puis a erré de tentatives en tentatives, dont Wilson n'est ni la meilleure ni la moins bonne. Sur "Feast of Consequences", il se (re)trouve enfin, ne se soumettant à aucune mode, et n'hésitant pas prendre son temps. Alors oui, le côté atmosphérique peut sûrement en rebuter quelques-uns, mais c'est dans cette voie qu'il excelle, à mon sens. Marillion, c'est du passé, "Vigil" également, tout comme les tournées "nostalgie" pour renflouer les caisses. Et les galères de ces dernières années aussi, souhaitons-le.
Citer
#4 Iconaute 17-01-2014 17:50
Pour qui découvre Fish avec ce Feast of Consequences, sans approche diachronique ni généalogique donc, l’effet est garanti. Voilà un album cohérent voire homogène, de facture impeccable, horlogère même. On y trouve ce qu’on attend d’un tel ouvrage: maitrise de l’instrumentati on (sans peur d’élargir la palette), travail des voix (y compris dans le phrasé), adéquation des textes (jusqu’aux limites de soi dans Other Side of Me et The Great Unravelling).
Deux choses à remarquer dans cet album. D’abord l’éclairage apporté par le titre, clé d’interprétatio n de l’ensemble. Fish passe son 20e siècle au scanner, reliant le topos des «conséquences de nos actes» au constat implacable de nos inconséquences. Du coup, autre génie de l’œuvre, l’allusion au banquet tragique installe parfaitement The High Wood. Cette tragédie en cinq actes, hommage émouvant d’un Écossais à ses compatriotes du Glasgow Highlanders tombés dans la Somme à Bazentin, n’est-ce pas celle de Kronos dévorant ses enfants?
Citer
#5 http://gsaranker.net 02-01-2019 17:16
I know this web site offers quality based posts and additional material, is there any other website which offers these
information in quality?
Citer
#6 sex paraphernalia 03-01-2019 02:12
Piece of writing writing is also a fun, if you be acquainted
with after that you can write if not it is complex to write.
Citer
#7 oriental sex 06-01-2019 22:48
excellent points altogether, you just gained a new reader.
What may you suggest in regards to your publish that you made some days in the past?
Any sure?
Citer
#8 porn hot video 14-01-2019 19:54
I blog quite often and I truly thank you for your content.

This great article has truly peaked my interest.
I will book mark your blog and keep checking for new information about once a week.
I opted in for your Feed too.
Citer
#9 Mitra Togel 19-02-2019 13:26
Thanks for the marvelous posting! I definitely
enjoyed reading it, you will be a great author.I will ensure that
I bookmark your blog and will eventually come back down the road.
I want to encourage one to continue your great
writing, have a nice holiday weekend!
Citer
#10 Togel Online 19-02-2019 14:16
I'm gone to inform my little brother, that he should also go to see this website on regular basis to take updated from hottest news update.
Citer
#11 StevCals 28-09-2019 10:09
Cialis Afecta El Esperma Imitrex buy viagra online Effets Secondaires Viagra Ou Cialis
Citer

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir