:|
28 Février 2008

Ohyear

Eyh Poney Mmhm !

par Dan Tordjman
Les Français de Ohyear donnent dans le post-rock. Cette formation est plus ou moins atypique : en plus du batteur, guitaristes et bassiste, on trouve également des préposés aux platines, à l’ordinateur portable et à la vidéo. Sans surprises citons quelques influences : Pink Floyd, Sigur Ros, Mogwai, Radiohead ou encore Eric Truffaz.

Les ambiances légères, mâtinées de quelques samples de voix bien sentis, plongent immédiatement l’auditeur dans le bain. Particularité de Ohyear : parvenir à transporter l’auditeur en moins de sept minutes. Dans une musique où, a priori, la notion de format radio a peu de chances d’exister, est-ce là un défi de compresser tant d’idées dans un tel format ? Quoi qu’il en soit, l’ajout des samples est judicieux : on a envie de fermer les yeux et de voir apparaître des images. On penserait presque à un groupe qui joue pour accompagner un film, un documentaire ou l’année du zapping. Surtout, messieurs, n’y voyez là aucun caractère péjoratif, bien au contraire il semblerait que vous ayez tendance à mettre l’accent sur l’association du visuel avec la musique, et vous avez eu raison car l’image se greffe d’elle-même sans heurt aucun.

Au-delà de cette association, il convient de saluer la complémentarité des musiciens : s’ils ne sont pas des plus démonstratifs, les ambiances et textures tissées par les guitaristes Yoan Demarine et Eric Orbaf sont parfaitement en phase avec la section rythmique composée de Vincent Lefebvre et Gaspard Cresp, dont la basse, bien que très discrète, occupe une place importante dans la couleur des morceaux.

Autre agréable surprise : les samples - terme logiquement banni de nos colonnes, mais qui n’a pas usurpé sa place dans cette chronique - qui s'incorporent parfaitement à la composition. Par ailleurs, une production très aérée permet à tous les instruments de respirer à pleins poumons. Difficile de sortir un titre du lot tant l’ensemble est homogène, ou de dire si Eyh Poney Mmhm ! est amené à devenir un grand disque du genre. Gageons cependant, que les idées présentes amèneront une jolie suite.
  • Année: 2007
  • Label: Autoproduction

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir