:)
22 Février 2008

Delta Saxophone Quartet

Dedicated to You…

par Mathieu Carré
Bien que moins impressionnante que le maelström venteux des grands ensembles tels Urban Sax, la musique du Delta Saxophone Quartet puise dans l’homogénéité de ses textures sonores la même force hypnotique. En adaptant le répertoire de Soft Machine pour cette singulière formation, Graeme Blevins (Soprano), Pete Whyman (Alto), Tim Holmes (Ténor) et Chris Caldwell (Baryton) ajoutent au mélange de rock et d’improvisation du groupe britannique l’étrangeté et la sophistication de la musique de chambre. A la croisée de toutes ces influences Dedicated to You, but You weren’t Listening – The Music of Soft Machine en devient délicieusement inclassable.

Quand le baryton se transforme en basse, scande le rythme et soutient ses alter ego aigus qui partent dans des solos plus sauvages qu’élaborés, le rock prend le dessus. Si les saxophones s’unissent, tissent des thèmes à l’unisson pour mieux les détruire, l’atmosphère s’enfume et rappelle les clubs de jazz, et enfin, quand les souffleurs se changent en concertistes, les mélodies d’origine se perdent dans un entrelacs subtil qui évoque les quatuors contemporains à cordes. C’est au cœur de ces ambiances moelleuses que le plaisir se fait le plus intense, quand les gouttes se changent en pluie et qu’il devient vain d’essayer de suivre un conteur plus qu’un autre, les oreilles s’ouvrant sur une interprétation si personnelle qu’elle rend inédits des morceaux tels que « Noisette » et surtout « Everything is You ».

Trois petites compositions inédites « Dedicated », « To », « You », plus expérimentales se glissent naturellement dans l’ensemble et Hugh Hopper vient même poser quelques boucles et notes de basses sur un « Facelift » malheureusement desservi par sa propre importance, qui rend délicate l’abstraction de la version originale, plus échevelée, tandis que la participation vocale et instrumentale toute wyattisante de Morgan Fischer, remplie d’électronique se révèle être un véritable bonheur.

Profond et englobant ce disque fascine, il porte ces histoires que l’auditeur entendra comme autant de messages personnels. Finalement, le Delta Saxophone Quartet parle un langage d’une simplicité biblique résumé dans le titre si stimulant de cet album : nous vous parlons, écoutez-vous ?
  • Année: 2007
  • Label: Moonjune Records

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir