:|
25 Janvier 2012

Nojia

Solarchitect

par Maxime Delorme

Solarchitect : un nom évocateur pour le premier album de Nojia, groupe issu de l’écurie Klonosphere. Dans cet album présageant un avenir radieux, les Toulousains servent un rock lourd aux accents de Sludge mâtiné d’ambiances progressives. S’il fait lorgner du côté des poids lourds du genre tels qu’Isis ou Neurosis, la comparaison s’arrête là : Nojia se veut complètement instrumental, laissant ainsi plus de place au travail des mélodies et des ambiances.

Distillées au fil de cinq morceaux avoisinant chacun les dix minutes, elles sont à la fois complexes et lourdes. Un travail tout particulier a été réalisé sur chacune des pistes pour créer une impression de chaleur écrasante. Elle se transmet par l’intermédiaire d’une section rythmique très présente, le son de la basse gras et lourd, ainsi que par les guitares aigües criant de longs râles de douleur. Malgré tout, c’est une musique paradoxale qui nous est proposée puisqu’elle oscille entre tumulte et violence lorsque la section rythmique se déchaîne, et les moments calmes, parfois paisibles, parfois inquiétants. Les morceaux s’enchaînent d’une traite et la fin de l’écoute de l’album donne une impression monolithique à la musique. Cette cohérence rend impossible la dissociation ou l’isolation des titres : l’album doit être écouté d’une traite.

Cet ensemble particulièrement visuel et réussi montre que bien que ce soit son premier album, Nojia n’a rien à envier aux cadors du genre, qu’il s’agisse de la composition ou de la production. Toutefois, n’oublions pas que le domaine a été vastement exploré par d’autres auparavant et qu’il faudra que la formation joue des coudes pour trouver une niche dans laquelle se caser.

Solarchitect est, pour une première sortie, une très belle réalisation, dans laquelle le travail des ambiances et du visuel prime sur l’originalité. Espérons que les Toulousains trouveront le grain de folie, ou du moins l’épice qui les fera passer du « bon » à l’« excellent » lors de leur prochaine production !

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir