:|
25 Janvier 2008

Snake Oil

Uppercut Attitude

par Jérémy Bernadou
Lorsque les groupes français se donnent les moyens de leurs ambitions, le résultat peut frapper très fort. Après avoir sorti en 2005 Doustrian Dance sous la forme d’un quartette, Snake Oil a décidé de livrer une suite encore plus marquante, digne des plus grands. En effet, le groupe décide d’élargir son champ d’action vers d’autres formes que le jazz, et profite de l’enthousiasme de James Mac Gaw envers leur musique pour embarquer ce dernier dans ses rangs. Le guitariste de Magma se retrouve ici en compagnie de l’un de ses compagnons du groupe One Shot en la personne du batteur Daniel Jeand’heur. Malgré cet apport, le groupe conserve son effectif habituel pour enregistrer un premier disque en studio. C’est à travers la seconde galette de titres inédits joués en concert que James Mac Gaw fait son apparition.

Fortement influencée par le jazz des décennies passées, la musique de Snake Oil se rapproche de la période électrique de Miles Davis, au niveau de la vivacité de l’accompagnement mais aussi de la liberté des structures et des harmonies. Le jeu de Boris Blanchet au saxophone évoque brillamment le souvenir de John Coltrane, avec sa dextérité et son sens de la mélodie efficace, donnant lieu à des « broderies » typiquement jazz au milieu de thèmes subtils. Le Fender Rhodes de Romain Massini offre quant à lui un soutien harmonique très efficace, et aurait mérité d’être plus en avant pour enrichir à sa manière la palette sonore du groupe. Des couleurs chaudes et des sonorités aventureuses s’échappent des compositions, sans pour autant oublier la puissance, développant un vocabulaire très nuancé pour varier les atmosphères.

Le disque enregistré en concert dévoile une autre facette de Snake Oil, plus rock sans être pour autant plus immédiate, et ne trahit jamais le style original de la formation. Même si le batteur et le guitariste officient aussi dans One Shot, Snake Oil se démarque par une dominante jazz plus prononcée, et par une improvisation accrue. La maîtrise technique des instrumentistes ne fait aucun doute, bien qu’ils aient parfois tendance à se laisser emporter par leur énergie en incluant de longs développements dans les passages les plus denses. Avec l’arrivée de James Mc Gaw, l’effectif devient plus inhabituel au travers de la domination mélodique de la guitare électrique et du saxophone. Leurs interventions successives forment un assemblage riche, soutenue par une section rythmique lorgnant vers le rock.

Ces deux disques se révèlent aussi intéressants laissance plus ou moins douloureuse de nouveaux sous-genres, parfois autoproclamés. Produits réchauffés ou réelles nouveautés, ces fusions inédites et autres métissages improbables alternent entre réussite artistique et hamburger au gras-double. Le trio américain Dave Corp s’essaie, avec The Sweet Life, au jazz-rock industriel (sic) et revendique entre autres les influences de Miles Davis, Nine Inch Nails, Fishbone, King Crimson ou encore Herbie Hancock, rien que ça.

Sur des structures et des approches mélodiques combinant alternativement jazz, jazz rock et jazz fusion, Dave Archer appose différents types de dissonances, de saturations et d’effets sur les claviers, qui constituent la matière première de The Sweet Life. En effet, pas la moindre trace de guitare sur cet album, bien que le déluge d’effets donne très souvent le change. Soutenu en outre par une production très brute, organique, le disque laisse échapper çà et là des effluves noisy.

« Moron Pills », qui ouvre l’album, est peut-être le titre le moins représentatif puisqu’il est dominé par un heavy rock industriel qui ne laisse de place au jazz que dans sa seconde moitié. De même, « The Sweet Life » reste en eaux connues, celles d’une fusion assez classique, telle qu’elle était pratiquée il y a de cela un quart de siècle déjà, si ce n’est cette production un peu particulière, crispante, métallique. Les compositions de The Sweet Life peuvent donc majoritairement être décrites par un vocabulaire préexistant. Néanmoins, le terme de « jazz industriel » pourra constituer parfois un écrin favorable. Ainsi, « Bad Lieutenant » et « Disorder » incarnent peut-être le mieux cette appellation, bien que ces deux titres soient très différents l’un de l’autre. « Bad Lieutenant » est outrancièrement dominé par un clavier saturé (à moins qu’il s’agisse d’une meuleuse), dissonant, oppressant, et qui confère au titre son statut d’industriel, tandis que « Disorder », beaucoup plus varié, notamment dans les sons utilisés par Dave Archer, accorde un rôle plus important à la section rythmique, tout en entretenant cette atmosphère usinière.

The Sweet Life fait partie de ces albums instrumentaux atypiques, vaguement expérimentaux. On saluera la tentative, qui demande à être réitérée, et la recette, qui nécessite quelque peaufinage. Quant au visuel, qu’on pourrait aisément apposer sur un album de punk de la fin des années soixante-dix, on ne saurait trop recommander au groupe d’y réfléchir un peu plus longuement la prochaine fois !
  • Année: 2008
  • Label: Sluggos Goon Music

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir