Edito

BILAN 2009

31 Décembre 2009

BILAN 2009

par L'équipe de Progressia.net

« Rien ne perd, rien ne se crée, tout se transforme. » Ainsi Lavoisier pourrait prêter ses mots à cette année 2009, avec des artistes toujours plus nombreux à traiter dans nos pages et des maisons de disques à l'avenir aussi incertain que leur méthodes actuelles laissent à désirer. Si l'économie de l'industrie musicale se meurt à petit feu, les musiciens, eux, font perdurer l'Art envers et contre tout. D'ailleurs, seuls ceux qui s'adaptent survivent, à bon entendeur !


Marjorie Alias

Meilleur album de l’année :

#1 : Freak Kitchen – The Land of the Freaks
#2 : The Answer – Everyday Demons
#3 : Leprous – Tall Poppy Syndrome

Baudruche de l’année :   Fermeture des salles et des esprits – Annulations croissantes de festivals et concerts – Manque de soutien et de subventions de la part de la municipalité à l’égard du Hellfest

Fermeture de la Loco à Paris et du Havana Café à Toulouse d’un côté, annulation du ProgPower Scandinavia à Copenhague et du Tattoo the Mind à Metz de l’autre… Ajoutons à cela un public qui se déplace encore trop peu pour soutenir les groupes, et des esprits encore et toujours frileux et étriqués, lorsqu’il s’agit de musiques qui font un peu trop de bruit : ce n’est pas une baudruche, juste un certain sentiment de lassitude et d’amertume. Allez hop, on se reprend pour 2010 !

Meilleur titre de l’année :

#1 : Pain of Salvation – « Gone  » 
#2 : Sia – « Soon We’ll Be Found » 
#3 : Leprous – « Passing » 

Meilleur espoir de l’année : Leprous – In Tormentata Quiete

Ils n’en sont pas à tout à fait à leur coup d’essai mais ces deux groupes plutôt méconnus méritent définitivement une attention particulière. Ils représentent à mon sens ce que l’on peut attendre d’un groupe de metal moderne: inspiré, original et décomplexé. Deux belles surprises et un plaisir longue durée.

Meilleur concert de l’année :

#1 : The Answer et Koritni – Toulouse, Le Kléo 
#2 : Metallica – Barcelone, Sonisphère
#3 : Marillion – Toulouse, Le Bikini 

Du hard rock seventies version 2009 dans une salle minuscule à l’ambiance survoltée, les monstres du metal en plein air et un groupe culte dans une salle à l’acoustique phénoménale. Il n’y a pas à dire, la musique prend définitivement toute sa dimension en live, et on aurait bien tort de bouder son plaisir.

Meilleur DVD de l’année : Pain of Salvation – On the Two Death of Pain Of Salvation – Metallica – Français pour une Nuit

Pain of Salvation n’est pas mort, quand bien même on serait tenté de penser qu'il est définitivement passé du mauvais côté depuis quelques temps. Raison de plus pour apprécier le DVD qui immortalise la dernière tournée du groupe en tête d’affiche au temps où celui-ci était presque intact, à l’image de la masse capillaire de Daniel Gildenlöw sacrifiée depuis (Samson moderne ?). Ce concert au Paradiso d’Amsterdam accompagné d’un documentaire sur la vie des Suédois en tournée est tout simplement un indispensable. Quant à Metallica, pas de place pour une quelconque polémique ici, mais un espace à réserver dans sa dvdthèque pour ce concert aux arènes de Nîmes

L’initiative de l’année : Le Hellfest, toujours plus fort !

Enfin un véritable festival metal et musiques extrêmes en France qui peut rivaliser sans rougir avec les mastodontes étrangers ! Avec le Hellfest et son affiche chaque année plus éclectique pour une organisation en amélioration constante, l’Hexagone s’assure une crédibilité métallique auprès d’un public exigeant et d’artistes qui en ont vu d’autres. Mention spéciale pour l’intervention décalée du député Roy à l’assemblée nationale, et, si ce n’est le début d’une révolution artistique à grande échelle, au moins un soupir de satisfaction et une certaine fierté de la part de bon nombre de passionnés.


Mathieu Carré

Meilleur album de l’année :

#1 : Ergo – Multitude Solitude
#2 : Emile Parisien Quartet – Original Pimpant
#3 : Dälek – Gutter Tactics

Une fois encore l’année fut riche et illuminée à l’automne par un disque magique : avec Multitude Solitude, Ergo invente un successeur à In a Silent Way de Miles Davis, une merveille d’équilibre et de maîtrise qui redonne au trombone ses lettres noblesses. A ses côtés, l’intrépide Emile Parisien et sa bande de fous de jazz lumineux et Dälek qui fait preuve année après année d’une excellence si habituelle qu’on aurait tendance à la sous-estimer.

Baudruche de l’année :

Les problèmes de dos de Johnny Hallyday empêchent ce dernier de participer au lipdub  de la jeunesse UMP. 

Meilleur titre de l’année :

#1 : Sainkho Namtchylak & Dickson Dee – « Second Story » 
#2 : ZU – « Ostia » 
#3 : Nathalie Natiemba & Bumcello – « Margoz » 

L’île de la Réunion a le privilège d’abriter des artistes immenses. Danyel Waro et son kayamb ou Nathalie Natiembe chantent avec leurs tripes et leur cœur le maloya de leurs ancêtres. Et quand cette dernière s’associe avec les deux énergumènes de Bumcello, on touche au sublime, une musique animale, presque palpable. Au milieu de l’abstraction la plus profonde, Dickson Dee accompagne la chanteuse de Tuva Sainkho Namtchylak et transforme sa transe en musique électronique minimale. Pour finir, et mettre le feu aux soirées, rien de tel que le jazzcore italien de ZU, qui le temps d’Ostia se mue en une folie discoïde infernale, provoquant les corps avec indécence.  

Meilleur espoir de l’année : Emile Parisien Quartet

Meilleur concert de l’année :

#1 : Aïda – Sanxay

Meilleur DVD de l’année :  -

Année plus que pauvre, en ce qui me concerne, jamais adepte de la musique filmée et sevré de concerts pendant presque toute sa durée. En revanche, l’opéra en plein air de Sanxay a fait un adepte pour l’été prochain. Acoustique parfaite, performance grandiose, la grande musique en pleine nature !

L’initiative de l’année :

Les brocantes estivales perdurent. On n’a pas toujours pas trouvé mieux pour écouter les Beatles sans continuer à payer les soins capillaires de Paul McCartney.


Aleksandr Lézy

Meilleur album de l’année :

#1 : Mastodon – Crack the Skye
#2 : Rammstein – Liebe Ist Für Alle Da
#3 : Antigama – Warning

Baudruche de l’année : L’incommensurable légèreté de l’être

Be avait fait grincer des dents, la suite n’en parlons pas… Pain of Salvation a tellement régalé pendant toutes ces années que l’indulgence a du mal à pointer à l’écoute du récent Scarsick et de son affreux mini successeur Linoleum. Le départ de deux membres a-t-il fait s’écrouler l’équilibre d’un groupe qu’on pensait retenu par le seul manitou Daniel Gildenlöw ? Il faut bien le croire et on peut douter également d’un retournement de situation malgré les deux futurs albums qui sont annoncés prochainement.  Déception en guise de baudruche cette année !

Meilleur titre de l’année :

#1 : Zu – « Soulympics » 
#2 : Megadeth – « Bite the Hand » 
#3 : Katatonia  – « Forsaker » 

Meilleur espoir de l’année : Un français international !

Il n’a plus rien à prouver ni en France ni ailleurs d’ailleurs, le groupe qui chamboule l’univers du metal hors de nos frontières et qui redore le blason du pays : Gojira. Les basques tournent aux Etats-Unis en compagnie de Metallica, il faut le faire quand même. Leur notoriété redonne courage aux groupes français qui galèrent  et ainsi fait renaître l’espoir que tout est possible pour les petits. Il faut y croire et surtout se donner les moyens de proposer un matériel original et de qualité.

Meilleur concert de l’année :

#1 : Rammstein – Lyon, Halle Tony Garnier
#2 : Ritchie Kotzen – Pennes-Mirabeau, Jas’ Rod
#3 : Metallica – Nîmes, Arènes

Meilleur DVD de l’année : Steve Vai – Where The Wild Things Are

Loin de nous offrir tous les deux ans un nouvel album ragoûtant qui exploiterait la quintessence du génie guitariste de Steve Vai, l’homme aux mains d’or nous prouve encore une fois qu’il en a sous le pied avec un DVD magnifiquement réalisé, aux images très colorées et chaleureuses et au choix de morceaux littéralement subjuguant. La prestation est digne d’un grand monsieur de la reine à six cordes et inflige une correction à tous ceux qui maudissent les divagations de cet artiste à la dimension universelle.

L’initiative de l’année : Reformation d’Alice in Chains

Qui aurait cru que la tête pensante de feu Alice in Chains aurait le courage de reformer son groupe tant d’années après la mort de son si cher et tendre ami chanteur Layne Staley ? Jerry Cantrell, qui s’est fait discret tout en continuant sa route en solitaire refait surface avec un album poignant et aussi puissant que sombre. Un incontournable de l’année 2009 et un espoir de retrouver sur scène ce groupe mythique.


Christophe Gigon

Meilleur album de l’année :

#1 : Dick Annegarn – Soleil du soir
#2 : Marillion – Less Is More
#3 : Neal Morse – So Many Roads

Baudruche de l’année : les coffrets Genesis

Content qu’il était au début le fan transi de Genesis avec le premier coffret luxueux recouvrant la seconde période du groupe ! Content encore quand, quelques mois après, il dut débourser une seconde fois une somme folle pour l’objet réunissant les années quatre-vingt-trois à quatre-vingt-dix-sept. Puis une troisième fois pour se porter acquéreur du Graal, la période Gabriel. La somme cumulée de ces trois « offres » apparaît comme indécente. N’aurait-il pas mieux valu une seule grosse intégrale puis basta ? Assurément. Mais ce n’était pas fini… Suivirent le pavé destiné aux live puis le dernier né : la collection des DVD. Stop. Cessons d’ « engrosser la soute » comme dirait le Père Décamps. 

Meilleur titre de l’année :

#1 : Dick Annegarn – « Bluesabelle » 
#2 : Marillion – « Interior Lulu (acoustic version) » 
#3 : IQ – « Frequency » 

Meilleur espoir de l’année : Rewiring Genesis

Ce projet créé par le batteur / chanteur de Spock’s Beard, Nick D’Virgilio, avait tout pour faire peur : retravailler l’album conceptuel mythique de l’antique Genèse, The Lamb Lies Down on Broadway, pour en proposer une version plus « Broadway » justement. Bref, transformer ce disque de rock progressif pur jus, anglais et hermétique, en produit divertissant digne d’unmusical comme en raffole le public anglo-saxon avait tout du projet casse-gueule. Résultat : un bijou. Et la microtournée qui a suivi la parution de ce produit extraterrestre a confirmé ce que l’on affirme. Décidément, tout ce que touche Nick devient or. 

Meilleur concert de l’année :

#1 : Dick Annegarn – La Chaux-du-Milieu (Suisse), Corbak Festival 
#2 : Gens de la lune – Montreux, Ned Club  
#3 : Steve Hackett – Rubigen (Suisse), Mühle Hunziken  

Meilleur DVD de l’année : Alain Bashung – A l’Olympia

Qu’on se le dise, même si le grand Alain Bashung n’avait pas décidé de tirer discrètement sa révérence au printemps, le DVD dévoilant les images de la tournée de son ultime album, l’excellent Bleu pétrole paru en 2008, s’avère être ce qui se fait de mieux en France, et ailleurs. Définitivement. 

L’initiative de l’année : La reformation de Galaad

Dire que l’on ne l’attendait plus serait en-dessous de la réalité. Enfin, le groupe prévôtois (même s’il n’en reste que le couple central) se décide à présenter l’an prochain son troisième (et double) album. Donner un successeur à l’indétrônable Vae Victis relève de la gageure. Cependant, ceux qui ont eu la chance d’entendre en primeur les morceaux prévus en gestation savent que le meilleur est à venir. Patience…


Emeline Gosse

Meilleur album de l’année :

#1 : Doulce Mémoire – Laudes. Confréries d'Orient et d'Occident. L'état de transe. Laudes et chants soufis.
#2 : Emilie Simon – The big machine
#3 : Carmen Maria Vega – Carmen Maria Vega

Baudruche de l’année : La fin de la Loco

Pas vraiment baudruche mais plutôt la grande déception de l'année : l'annonce de la fermeture de la Locomotive à Paris. Que dire de plus ? Il restera toujours les souvenirs... 

Meilleur titre de l’année :

#1 : Emilie Simon – « Rocket to the Moon » 
#2 : Carmen Maria Vega – « Les anti-dépresseurs » 
#3 : Clarika – « Lâche-moi » 

Meilleur espoir de l’année : Soap and Skin

Avec un premier album très prometteur intitulé Lovetune For Vacuum, l'Autrichienne Anja Franzbasch fait partie incontestablement des curiosités de cette année. Cette artiste est à surveiller de près afin de confirmer ou non les prémices de ce jeune talent.

Meilleur concert de l’année :

Natacha Atlas – Paris, Institut du monde arabe

Meilleur DVD de l’année :

La musique n'a pour moi pas sa place dans une DVDthèque...

L’initiative de l’année : le Rotomagus Doomicus Metallicus à Rouen

La création d'un festival dédié au doom est assez rare pour être félicitée, surtout lorsque les organisateurs démontrent une fois de plus que la musique en France ne se réduit pas à Paris.


Jean-Philippe Haas

Meilleur album de l’année :

#1 : Mandrake Project – A Miraculous Container
#2 : Kiko Loureiro – Fullblast
#3 : Orange Tulip Conspiracy – Orange Tulip Conspiracy

Baudruche de l’année : la reformation de Transatlantic

Les fans transis n’y croyaient plus, mais le miracle a eu lieu. Sous l’impulsion de Neal Morse (probablement pistonné par le vieux barbu qui zone dans les nuages), la dream team du prog’ à papa déboule avec The Whirlwind, composition cyclopéenne un chouilla prosélyte, aussi peu digeste que surprenante. Ça sent le Hindenburg à plein nez...

Meilleur titre de l’année :

#1 : Mandrake Project – « Aquarelle » 
#2 : Kiko Loureiro – « Se Entrega, Corisco! » 
#3 : Muse – « Uprising » 

Meilleur espoir de l’année : Camembert

Avec un EP qui redonne envie de croire au retour d’un prog’ à la fois classique et audacieux, les jeunes Alsaciens de Camembert démontrent que la relève est assurée. Clacosmiquelaisse augurer pour 2010 un grand cru patiemment affiné. 

Meilleur concert de l’année :

#1 : Ange – Gerardmer, Espace Lac 
#2 : Camembert – Strasbourg, Molodoï  

Meilleur DVD de l’année : Andy Emler Megaoctet – Live au Triton 2008

La dream team du jazz français a plus d’allure que celle du prog’ ! Sur la scène étroite du Triton, une huitaine de musiciens hors pair balance à tout va des ondes de plaisir dont on se laisse pénétrer sans la moindre pudeur ! 

L’initiative de l’année : Le Cheese Prog Event

L’Alsace a son festival ! De Oumpapa à larges oreilles ? Non, de prog’ ! Le Cheese Prog Event, deuxième du nom, a vu les locaux de Camembert et de Taennchel jouer aux côtés des redoutables Italiens d’Accordo dei Contrari. Une soirée bon enfant, sous le signe de la bière et du knack, aux antipodes d’un concert pour  intellos boutonneux. Suite prévue dès le 20 mars avec Sumbur et Phlox ! Il fleure bon, le Cheese Prog Event !


Jean-Daniel Kleisl

Meilleur album de l’année :

#1 : Tortoise – Beacons of Ancestorship
#2 : The Orb  – Baghdad Batteries
#3 : Gösta Berlings Saga – Detta Har Hänt

Baudruche de l’année : Marillion – Less Is More

Cette fois-ci, le moins ne pourra pas le plus. Que d'ennui à écouter ces fades versions acoustiques qui n'arrivent pas à la cheville de leurs originaux, glorieux pour certains ! 

Meilleur titre de l’année :

#1 : The Beatles – « Something » 
#2 : Indukti – « Tusan Homichi Tuvota » 
#3 : Eric Clapton & Stevie Winwood – « Voodoo Chile » 

Meilleur espoir de l’année : DeWolff

Des teenagers hollandais se prennent pour Deep Purple, jouent concert sur concert et sortent un premier album psyché revival digne d'éloge. La petite surprise du Père Noël pour une année résolument éclectique ! 

Meilleur concert de l’année :

#1 : Tortoise – Rubigen (Suisse), Mühle Hunziken 
#2 : Jeff Beck – Montreux Jazz Festival, Miles Davis Hall 
#3 : Ensemble vocal de St-Maurice / Ensemble baroque du Léman : Les vêpres de la Vierge (Monterverdi) – Romainmôtier (Suisse), Abbatiale 

Meilleur DVD de l’année : Jeff Beck – Performing this Week... Live at Ronnie Scott's

Tes potes viennent t'écouter (Jimmy Page), et même te filer un coup de main (Eric Clapton). Tu as la meilleure section rythmique du monde (Vinnie Colaiuta / Tal Wilkenfeld). Tu es dans une forme resplendissante. Le son de ta Stratocaster est extraordinaire. Voilà Jeff, en deux heures tu écrases toute la horde des shredders qui ont passé leur vie à te copier sans jamais t'égaler. 

L’initiative de l’année : 09/09/09

Thierry Henry marque de la main !  

Plus sérieusement, ce coffret des Beatles est une bénédiction. A la poubelle le son sec et ténu de l'édition de 1987, place à une remasterisation chaude et ample. Bien entendu, l'industrie du disque respire un bon coup grâce à ce plan marketing plus que réussi. Mais qui peut encore résister à « Strawberry Fields Forever » ?

Christophe Manhès

Meilleur album de l’année :

#1 : Miriodor – Avanti!
#2 : John Zorn – Femina
#3 : Maudlin of the Well – Part the Second

Baudruche de l’année : HADOPI

Le web est un immense espace de découverte. Plutôt que de réprimer la curiosité des internautes, mieux vaudrait valoriser leur goût pour la musique et ses meilleurs supports comme le CD, ou le vinyle qui revient en force. Parce qu'un amateur éclairé restera toujours un acheteur consciencieux.

Meilleur titre de l’année :

#1 : Miriodor – « A Déterminer :: To Be Determined » 
#2 : Stabat Akish – « Brainstorm Suite » 
#3 : Dysrhythmia – « Festival of Popular Delusions » 

Meilleur espoir de l’année : Tapetto Traci

A ce niveau d'excellence nous ne sommes plus dans l'espoir mais la révélation de l'année 2009. Énorme gifle. 

L’initiative de l’année : Le coffret Robert Wyatt

Toujours d'une chaleureuse modernité, Robert Wyatt est probablement un des plus grands musiciens de son temps. Un must pour tous les fans. 


Antoine Pinaud

Meilleur album de l’année :

#1 : Katatonia – Night Is the New Day
#2 : Pure Reason Revolution – Amor Vincit Omnia
#3 : Muse – The Resistance

Baudruche de l’année : Les maisons de disques

Désormais en pleine quadrature du cercle, les labels ne cessent de battre de l'aile et de contempler avec amertume les vestiges d'un ancien monde. Le capitalisme se meurt et la nervosité est palpable. Le loupé sur l'avancée technologique et les solutions soi-disant apportées pour y remédier aboutissent à une certaine pression exercée sur les passionnés de la presse spécialisée, et entachent parfois sérieusement le droit de libre expression et d'indépendance éditoriale. 

Meilleur titre de l’année :

#1 : Katatonia – « The Promise of Deceit » 
#2 : Kiko Loureiro – « Desperado » 
#3 : Kalisia – « Cybion » 

Meilleur espoir de l’année : Ram-Zet

Si les Norvégiens sont auteurs de quatre albums remarqués à l'étranger, il n'en est rien sur le territoire français. Progressia va réparer de ce pas cette erreur impardonnable ! 

Meilleur concert de l’année :

#1 : Avishai Cohen – Paris, Bataclan
#2 : Les Fragments de la nuit – Paris, Zèbre de Belleville  
#3 : Mr.Big – Paris, Bataclan 

L’initiative de l’année : Croire en Progressia !

Malgré une situation inquiétante qui concerne tous les acteurs de l'industrie musicale, Progressia ne cesse d'accomplir sa mission d'information, de défense et d'analyse de la musique progressive, telle une personne assermentée qui lierait par le mariage des genres divers et variés. Et ça se consomme sans modération ! Cette initiative de l'année revient donc à la confiance que porte notre lectorat en notre travail et auquel nous adressons nos plus vifs remerciements !


Nicolas Soulat

Meilleur album de l’année :

#1 : Devin Townsend Project  – Addicted
#2 : Dave Matthews band – Big Whiskey and the Groogrux King
#3 : Sia – Some People Have Real Problems

Baudruche de l’année :   La plupart des riffs de Black Clouds and Silver Linings

Sans aller jusqu’à dire que l’album est catastrophique, il y a quand même quelques riffs qui n’ont plus rien à faire dans les mains de John Petrucci, surtout quand on prend le temps d’écouter les capacités d’improvisation du bonhomme et son inventivité au niveau des soli.

Meilleur titre de l’année :

#1 : Devin Townsend Project – « Supercrush! » 
#2 : Sia – « Soon We’ll Be Found » 
#3 : Charlie Winston– « Like a Hobbo » 

Meilleur concert de l’année :

#1 : Orchestre et Chœurs Colonne – Paris, Salle Pleyel 
#2 : Metallica et Machine Head – Paris, Bercy  
#3 : Gojira – Dijon, La Vapeur  

Entendre enfin un grand chef d’orchestre en la personne de M. Petitgirard aux commandes de l’Orchestre et Chœurs Colonne, annonçant en plein Pleyel et juste après avoir joué Bartok et Dukas, que Rencontre du troisième Type est une œuvre complexe et riche qui a totalement sa place dans le répertoire contemporain, c’est juste jouissif…Interprétation magistrale de l’arrangement écrit par John Williams. Pour Metallica, rien que le premier titre justifie à lui seul le prix du concert… et enfin Gojira pour avoir partagé la scène avec eux sur une date mémorable et juste avant leur tournée avec Metallica. 

Meilleur DVD de l’année : Steve Vai – Where The Wild things are

Univers particulier pour un guitariste qui n’a plus rien à voir avec un guitar-hero. Somptueux et toujours aguichant. 

L’initiative de l’année : Patrick Roy à l’assemblée Nationale

Voici un discours qui a dépucelé une partie de l’auditoire présent ce jour là…et mon dieu, tant mieux ! « Savez-vous que dans quelques jours le principal groupe de metal français, Gojira, partira en tournée américaine ? C’est le premier groupe depuis cinquante ans qui va faire une tournée américaine en tête d’affiche devant un public américain. Et tout cela grâce à Internet, mais pas à vous. ». 


Dan Tordjman

Meilleur album de l’année :

#1 : Muse  – The Resistance
#2 : Diablo Swing Orchestra – Sing-Along Songs For the Damned and Delirious
#3 : Mindflow – Destructive Device

Baudruche de l’année : La Loco qui ferme ses portes et la presse négligée par les labels qui généralisent l'envoi de supports promo au format numérique.

La fermeture de la Loco est un bien triste évènement ses portesse sont donc refermées sur un dernier concert, celui de Riverside avant de devenir une extension du Moulin Rouge. Les concerts si atypiques au sein de la capitale sont-ils amenés à devenir denrée rare ? Paris, ville-lumière, perd-elle encore un peu plus de son éclat ?
Autre coup de gueule : celui de la rédaction à l'encontre des maisons de disques, de plus en plus nombreuses à suivre la mode du support de promotion numérique. Un acte de négligence vis-à-vis des supports d'écriture qui, en amont, se donnent du mal pour proposer du travail de qualité. 

Meilleur titre de l’année :

#1 : Muse – « Resistance  » 
#2 : Dream Theater – « The Count of Tuscany » 
#3 : Mindflow – « Breakthrough » 

Meilleurs espoirs de l’année : Days Before Tomorrow, Mindflow et The Murder of My Sweet

Etats-Unis vs Brésil. Days Before Tomrrow et Mindflow se disputent le titre de groupe le plus prometteur. L'un clame son amour des mélodies chaloupées et travaillées, l'autre vit avec son temps et prône modernité et musique d'avant-garde ; autant d'arguments qui empêchent de faire pencher la balance d'un côté ou de l'autre. Seule solution : les suivre de près, tout comme les Suédois de The Murder of My Sweet menés par Daniel Flores de Mind's Eye (et la magnifique Angelica Ryin), dont le premier méfait prévu pour janvier prochain se retrouvera certainement dans une autre catégorie du bilan 2010.

Meilleur concert de l’année :

#1 : Zappa Plays Zappa – Paris, l'Olympia 
#2 : Metallica & Machine Head – Paris, Bercy  
#3 : Protest The Hero – Paris, Batofar  

Meilleur DVD de l’année : Dark Tranquillity – Where Death is Most Alive & Metallica -Français pour une Nuit

La Suède ne se résume pas à sa bimbo Victoria Silvstedt ou au génial footballeur Zlatan Ibrahimovic. C'est aussi le pays de groupes et d'artistes qui en ont gros sous le pantalon. Le gang de Göteborg, mené par un Mikael Stanne au taquet et plus en forme que jamais, a immortalisé un de ses concerts devant le bouillant public de Milan, faisant oublier le bien fadeLive Damage. Difficile également de ne pas citer le DVD « 100 % made in France » de Metallica aux Arènes de Nîmes, où les Four Horsemen, James Hetfield en tête, sont au sommet. 

L’initiative de l’année : HADOPI – Le gouvernement parvient enfin à ses fins

Dans un pays où la culture musicale se fait de plus en plus pauvre, dans un pays où l'on sert de la merde à écouter au peuple, le gouvernement parvient tant bien que mal à faire adopter la loi sur la riposte graduée contre le téléchargement illégal, loi soutenue par des artistes en décrépitude totale depuis des années (un autre symptôme d'un pays en totale déshérence culturelle ?)… Alors qu'une telle loi fait figure d'aberration pour la majorité des internautes en France et dans le monde entier, le parti de la majorité - qui vient de sortir un clip promotionnel du mauvais côté de la limite du ridicule et truffé d'images américaines - se permet d'utiliser des bandes-son pour ses meetings… sans en reverser aucun droit à ses auteurs. De qui se moque-t-on ? 


Rémy Turpault

Meilleur album de l’année :

#1 : Dredg – The Pariah, the Parrot, the Delusion
#2 : Between the Buried and Me – The Great Misdirect
#3 : Mew – No More Stories

Dredg tutoyait les sommets sur ses deux disques précédents, et vient de trouver la formule magique avec un disque aussi catchy qu'ambitieux. Un credo partagé par les géniaux pop-progueux Danois de Mew, dans un registre pourtant radicalement différent. Quant aux brutes épaisses de Between the Buried and Me qu'on n'attendait pas à l’image des invités qui se sont relayés avec un grand sens du professionnalisme, alternant des passages de nappes de claviers et de guitare en solo pour passer à des pièces nettement plus énergiques, notamment « Donkey’s Island ». 

Le détour récent vers la musique classique n’a pas pour autant été relégué à de vagues souvenirs, puisque la présence de Hervé N'Kaoua au piano numérique est venu gratifier le public d’une interprétation réussie en duo du « Prélude et Allegro » de Kreisler. Histoire de commémorer la soirée dignement, Patrice Guers a également proposé en milieu de set un solo de basse fabuleux, au mélange savoureux de différentes techniques bluffantes, avec une classe et une pêche extraordinaire. Mis à part quelques imprécisions rythmiques, il reste à souligner que le niveau instrumental tient plus de la haute voltige générale que d’un groupe de potes dans la cave de leurs parents (à l’instar d'ahurissants plans de sweeping). L’exécution globale a donc tenu la route avec brio, sans oublier l'admirable logistique de la composition plurielle et la présence modulée des membres sur scène.

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir