:|
21 Décembre 2005

Arena

Live & Life

par Dan Tordjman
Arena ne fait pas les choses à moitié. Que ce soit dans les packaging soignés ou dans le graphisme de livrets abondants, la bande de Clive Nolan connaît le sens du mot «générosité». Ce double live n’échappe pas à la règle. En plus d’un esthétisme agréable, il apparaît bien fourni.

Enregistré pendant la tournée Contagion, le premier disque fait la part belle à l’album du même nom. Il commence fort avec un «Witch Hunt» au son colossal qui permet de saluer au passage le travail de production effectué par la paire Clive Nolan / Karl Groom (Threshold). L’interprétation est très bonne et John Mitchell montre qu’il fait partie de ces musiciens injustement passés sous silence. Preuve en est dans «Skin Game», «This Way The Madness Lies» ou «Serenity», titres sur lesquels sa guitare est belle à pleurer. Amateurs de frissons, avec John Mitchell, vous allez être servis.

La performance de Mitchell n’est pas la seule à être saluée. Les autres membres ne sont pas en reste. Ainsi, Mick Pointer, que l’on a pu penser un poil pataud par le passé, cogne comme un acharné. Ian Salmon, quant à lui, est à Arena ce que John Deacon fut longtemps à Queen : un bassiste discret mais solide et terriblement efficace. Clive Nolan, au même titre que son compère guitariste, est précis dans ses interventions. Moment fort du disque : «Riding the Tide», tout en puissance et exemple de cohésion, notamment entre Pointer et Salmon. Reste alors l’inconnue Rob Sowden. On l’a vu assez inconstant, souvent à la limite de la justesse. Malgré une absence de prise de risque sur scène, sa performance vocale constitue une bonne surprise de ce live. Le bougre s’avère plus incisif et accrocheur; par conséquent, plus convaincant. Le second CD reprend de plus les grands succès du groupe, et l’on a toujours un frisson lorsqu’on entend «Double Vision» ou «The Hanging Tree», tous deux extraits de The Visitor. La prestation se clôture avec l’habituel «Crying For Help VII». Un disque d’un fort beau gabarit aux allures, certes, de fourre-tout mais qui s’avère être une bonne entrée en matière pour découvrir Arena.
  • Année: 2005
  • Label: Verglas Music

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir