:|
10 Décembre 2002

Trespass

In Haze of Time

par Dan Tordjman
Depuis quelques années, on voit émerger en Israël des groupes de doom ou de death, Orphaned Land étant le chef de file du mouvement metal. Mais aux dernières nouvelles, on y joue aussi du progressif.
C’est donc avec curiosité que nous avons abordé ce In Haze Of Time, fraîchement parvenu à la rédaction, et la surprise est plutôt bonne. Au lieu de copier les groupes actuels, le trio israélien part d'un principe souvent avéré : c’est dans les vielles marmites que l’on fait les meilleures soupes. Le parallèle avec Emerson, Lake & Palmer est donc légitime, tant au niveau de la musique qu’au niveau du line-up qui, soit dit en passant, est du même type: pas ou très peu de guitares. Mais on pense également à Yes pour la folie des harmonies vocales ou aux Flower Kings pour citer un groupe plus récent. S’y ajoutent des incursions réussies dans le jazz voire le jazz fusion, comme en témoigne « Gate 15 » où le nom de Chick Corea pourrait être évoqué.
Certes, il n’y a pas de véritables innovations mais il n’est pas désagréable, de temps à autres, de se sentir replonger dans les années 70. Si les claviers de Gil Stein, chanteur et principal compositeur du groupe, sont dominateurs, montrant ainsi le talent du bonhomme, le batteur Gabriel Weissmann et le bassiste Roy Bar-Tour ne sont pas en reste et ont aussi droit à leur moment de folie. En conclusion, Trespass propose une musique qui transpire l’improvisation et le feeling et à l’écoute d’In Haze Of Time, on se félicite d’entendre parler d’Israël autrement qu’en termes de grenades ou de voitures piégées ! Make music, not war !
  • Année: 2002
  • Label: Musea

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir