:|
08 Juin 2004

Mona Lisa

ProgFest 2000

par Djul
Qui a donc eu l’idée de cette kistchissime pochette ? En tous cas, Mona Lisa n’y gagnera qu’une certitude : les acheteurs de l’objets ne seront que de véritables fans qui connaissent la valeur du contenu de ce DVD. Cette prestation, capturée lors du festival Nord-Américain ProgFest 2000, a fait l’objet d’une production minimale : menu fixe reprenant ces couleurs vertes et roses tellement à propos et un simple chapitrage : pas le moindre bonus à l’horizon, et c’est bien dommage, tant les raisons de la renaissance du groupe et les répétitions de son répertoire auraient méritées d’être abordées.

C’est en 1998 que Dominique Le Guennec, chanteur de ce groupe français né en 1973, décide de faire ressurgir Mona Lisa, après une parenthèse de près de vingt ans, donnant le jour à un autre groupe de progressif français, les Cadets de Versailles. C’est avec cette formation qu’il enregistrera dans un premier temps De l’ombre à la Lumière, en 1998, duquel sont issus de nombreux morceaux de ce DVD, avant d’assurer quelques dates, dont cette prestigieuse invitation américaine de la part de Greg Walker.
La prestation de Mona Lisa, réputé pour être à la France ce que le premier Genesis fut à l’Angleterre, tourne donc autour de Le Guennec, tout à la fois chanteur, poète, bouffon et comédien, comme Gabriel en son temps. Dès le sombre « Captif de la Nuit » et son magnifique texte, l’homme fait vivre ses paroles, jusqu’au final, littéralement psalmodié. Il change de costume de titre en titre, théâtralisant au possible la représentation (quelques morceaux étant d’ailleurs précédés d’une courte introduction parlée, comme sur le classique du groupe, « Le petit violon de Monsieur Grégoire »), et les musiciens n’hésitent pas à se prendre aussi au jeu (« Les Sabots de Lena »). On le retrouve donc en Pierrot, en petite fille ou en vieillard (« Au Pays des Vieillards », performance éblouissante). La voix du leader est restée presque intacte, enflammée et variée (registre sombre sur « Les Guerriers », ou guilleret sur « Comme un Songe »), mais pourra en lasser certains, par son aspect un peu nasillard et ses faiblesses sur les notes les plus hautes. C’est son guitariste, Guillaume de la Viliaire, qui prend le relais sur un titre, « Les Noces de Cendre ». Musicalement, on retrouve un progressif soigné, parfois énergique, rappelant certes Genesis mais aussi l’inévitable référence que constitue Ange, même s’il est clair qu’il s’agit davantage pour les musiciens d’accompagner Le Guennec que de partager l’espace sonore avec lui. De plus, certains titres ont mal vieilli et auront bien du mal à convaincre la jeune génération (« Tripot », « Les Sabots de Lena »), au contraire des compositions les plus pêchues du répertoire de Mona Lisa (« Voyage avec les Morts » et son emphatique solo de guitare, la subtile montée en puissance de « L’Echiquier de la Vie »).
L’image du DVD est de qualité, malgré des éclairages à dominante sombre. La caméra s’attarde évidemment surtout sur le chanteur, alternant avec des plans larges, probablement pris depuis le premier balcon du Theater of Performing Arts, le lieu accueillant chaque année le ProgFest.

Dans l’ensemble cette vidéo quelque peu décharnée (une heure et quart de concert) donne néanmoins une bonne illustration de l’ambiance surréaliste régnant dans un concert de Mona Lisa. Reste à apprécier sa musique si singulière, très ancrée dans une époque, et à adhérer tant au concept qu’à la personnalité originale de Le Guennec. Une chose est sûre : mieux vaut découvrir ce groupe mythique sur DVD que sur CD tant l’aspect visuel prédomine parfois sur ses compositions.
  • Année: 2004
  • Label: Musea

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir