:|
08 Mai 2009

Amartia

Delicately

par Marjorie Alias
Que peut donc bien réserver ce troisième album studio des ch'tis, au mystérieux coffre qui illustre la pochette, tout juste entrouvert, qui titille la curiosité et attise l’intérêt ? A première vue, le groupe réitère sa formule gagnante : une personnalité plutôt rare par nos contrées, qui propose un rock flirtant doucement avec le metal, illuminé par des tendances progressives et atmosphériques. Autant d'éléments qui feront écho aux connaisseurs de leurs deux précédentes productions et qui se retrouvent naturellement sur ce nouvel album, qui ne manque ni de chaleur, ni de saveur. Une aubaine pour les curieux à la recherche de groupes dont l'Hexagone a de quoi être fier.

Malgré quelques changements de formation depuis leurs débuts, Amartia tire son essence principale du travail de composition et de la stabilité de son trio composé du leader et guitariste Vincent Vercaigne, épaulé du claviériste Cyril Carrette et de la chanteuse allemande Britta Herzog. Si les influences annoncées se situent du coté de Mike Oldfield ou Pink Floyd, elles n'en viendront pas à submerger l’écoute. Amartia n’en devient donc pas un groupe édulcoré souffrant de l’écrasante aura d’inspirations haut placées. Au contraire, leur identité séduit dés le premier morceau, suffisamment assumée et élégamment affirmée. La voix féminine plaira sans doute au plus grand nombre, douce et souvent emplie d’émotion, avec néanmoins quelques petites imperfections au niveau de la prononciation de l’anglais pour les plus tatillons. Elle sait en outre se faire plus mystérieuse et personnelle sur un morceau comme « Accuracy », efficacement doublée par les chœurs de Vincent. Une plus grande prise de risque et une interprétation plus personnelle pourraient toutefois apporter un supplément de cachet à l’ensemble.

Dans sa construction, l'album trouve son équilibre entre variété et cohérence. Les morceaux sont relativement longs, exploitent leur mélodie au maximum, évitent parfois de peu la lassitude de l’auditeur tant certains refrains et tempos ont du mal à s’élever, à l'image du très pop « Another ». Car, et il faut le savoir, cet album promulgue un mid tempo sur toute sa durée, alors que des éclats plus aventureux pour parfaire son originalité auraient été attendus. Trois très beaux instrumentaux viennent en outre apporter toute leur délicatesse et leur finesse à ce disque, comme une preuve du potentiel à venir. Le coffre d’Amartia n’a certainement pas dévoilé tous ses secrets…
  • Année: 2009
  • Label: Gofannon Records

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir