:|
18 Décembre 2008

Barnacled

Charles

par Aleksandr Lézy
Collectif américain fondé en 2001, dans la bourgade de Providence dans le Rhode Island, à partir de membres de diverses formations proches de Alec K. Redfearn and The Eyesores telles que V Majestic, Octopandoganal Duo, Nicotina and The Flower Gang, Barnacled sort son second album Charles après 6 en 2003. Avec son instrumentarium aussi farfelu qu’original : basse, basson, cor en fa, accordéon, saxophones alto et baryton, électroniques et batterie, Barnacled a tout d’une fanfare bruitiste typée formation free-jazz non improvisée ! Dès le premier titre, l’auditeur se retrouve partager entre la qualité musicale et le son creux voire caverneux. Tout ce petit monde dont Alec K. Redfearn et Jason McGill font figure de proue, se mélange dans des rythmes décalés et des mélodies distordues. Mis à part le dernier morceau « Simulacrum », le reste du disque dénote une énergie qui baisse pour laisser place à de maigres expérimentations plus proches d’un bébé qui tape sur des casseroles que d’un musicien qui défricherait son instrument. Les moments de musique, même si abruptes et intrépides, sont de très bonne facture, défiant les sonorités habituelles d’un jazz classique, en y conférant une touche des Balkans au charme ravageur. Les bons passages ne sont malheureusement pas assez exploités et les bruitages inutiles (bruits de pas et déplacements d’objets …), dévoreurs de temps, foisonnent sans rien provoquer de plus que l’ennui. En vue de la musique proposée, on est étonné de voir ce disque sortir chez Esp-Disk’ et non pas chez Cuneiform Records ! Quoi qu’il en soit, Charles, aux qualités pourtant certaines, s'avère au final un brin décevant. L’avant-garde est une chose, il s'agit néanmoins de ne pas aller trop loin.
  • Année: 2008
  • Label: ESP-Disk'/ Orkhestra

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir