:)
28 Octobre 2019

Synapse

Impulse

par Dan Tordjman

A ceux qui étaient présents lors de la première date parisienne de Dead Letter Circus en 2016, le nom de Synapse n’est pas inconnu. Ce groupe était, en effet, présent en ouverture des Australiens, aux côtés également de Disperse et The Shiver. Et les franciliens, menés à l’époque notamment par Romain Le Bihan, nous avaient fait très forte impression avec son bassiste et guitariste, tous deux véritables acrobates sur leur manche. Depuis, Romain Le Bihan s’en est allé pousser la chansonnette chez GaidjinN et a été remplacé par Thomas Valentin. Avec cette formation, le groupe propose donc Impulse.

Ce mini-CD composé de six titres dont deux instrumentaux nous peint le portrait d’un groupe aux membres musicalement bien élevés, qui brassent très large. Malgré des riffs à la sept-cordes bien ciselés par Alex Sacleux, le Jazz-Rock a le droit de cité notamment grâce à Sacha Le Roy, véritable virtuose de la basse qui ferait passer Les Claypool et Geddy Lee pour des gamins jouant avec leurs pelles de bac à sable. Tenez, écoutez « Sven Lilla Aventyr » et vous verrez que sa palette et son jeu remplissent l’espace à merveille. On en viendrait presqu’à oublier qu’il n’y a qu’une guitare au sein de Synapse. Mais résumer le groupe à la virtuosité de ses membres ne serait pas mettre en lumière leur talent de composition. Tout en restant progressif, on a droit à des refrains très accrocheurs, comme celui « The Stream  La guitare rappelle étrangement celle d’Andromeda sur « The Words Unspoken », le reste est une déferlante de riffs bien gras, qui représente le côté démoniaque de Synapse, celui sur lequel on aime décoincer ses cervicales.

Et qui dit facette démoniaque dit, forcément, facette angélique, que l’on retrouve sur « Forgotten » avec ses lignes de chant qui restent dans la tête. Une jolie ballade aux accents subtils, sur laquelle, une fois encore, la basse de Sacha Le Roy est reine.

On parlait de largesse d’esprit un peu plus haut, l’instrumental « Dog Punk » en est un parfait exemple, avec son rythme enlevé et ses unissons basse / guitare, rappelant les heures glorieuses de Dream Theater. « Memories », chargé de clore Impulse, attrape l’oreille avec son riff lourd, épais et consistant avant d’enchaîner sur des couplets plus aérés puis un refrain aux relents non déplaisants d’Iron Maiden période Somewhere In Time.

A coup sûr, Synapse sait séduire son auditoire et, d’ailleurs, au moment où l’auteur de ces lignes écrit sa conclusion, il se fait la remarque de l’absence de claviers et se dit que ça ne l’a pas réellement choqué ! Si ça, ce n’est pas un tour de passe-passe ! En résumé, ce groupe a absolument tout pour se faire une place à l’échelle hexagonale et s’inscrit dans la grande lignée des groupes à quatre membres (faut-il en citer ? Vraiment ? Queen, Pantera, U2, Extreme, Black Sabbath, Van Halen, …) qui ont su mettre des fessées à des gamins qui, par la suite, ont tous pris un instrument dans leurs mains. C’est ce qu’on appelle le talent, et il apparaît clair que via l’effet magique d’Impulse, Synapse en a beaucoup à revendre.

Commentaires 

#1 wormateio gameplay 02-12-2019 15:47
Hey there! Quick question that's totally off topic. Do you know how to make your site mobile friendly?
My website looks weird when browsing from my
iphone4. I'm trying to find a theme or plugin that might be able to fix this issue.
If you have any suggestions, please share. Many thanks!

my site wormateio
gameplay
Citer

Poster un commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir